Art of living/Born into this...

Afterlife / France

Gringo 2

Bon, d’habitude, quand on vous vend qu’on redémarre nos blogs (moi et d’autres, suivez mon regard), en fait, c’est souvent comme ces voeux pieux de fin d’année: de la merde en barre.

Car tout le monde sait que la procrastination reviendra au galop, un jour ou l’autre.

Et puis faut dire, on fait ça gratuitement, alors à quoi bon…

Mais aujourd’hui non.

Savourez-bien votre chance, car aujourd’hui, c’est pour vous, chers lecteurs Français.

***

IMG_7391

ACCUEIL

*****

Printemps Français

Alors que je coulais des jours heureux et enfiévrés dans l’archipel, entre tournage et activité, porté comme le Nikkei par les stratégies court-termistes de Shinzo Abe, j’ai du revenir à vous, et redécouvrir les joies de Roissy Charles-de-Gaulle agrémenté d’un voyage en RER B nanti d’une valise à l’heure de pointe.

Donc, non content de me faire subir cette torture particulièrement sadique, à moi et à des touristes chinois et suédois, il fallait en plus que Météo France s’y mette de concert.

Une dépression anticyclonique « normale » nommé FRANÇOIS semblait avoir totalement recouvert des cieux encore relativement clément, et ce, depuis mai 2012.

Une dépression profonde, s’abattant avec loisir et sans scrupules sur le moral, l’épargne, et le travail de tous. Frappant le pays d’inondations, de taxations diverses, et d’un chômage à inscrire dans le Guinness Book, catégorie « Best Challenger with Greece 2013 ».

Oui je retrouvais avec circonspection cette France qui coule, et qui a définitivement décidé de se saborder.

Et tout ça dans la célébration. De mariages gay. De spoliation économique. De taxes toujours plus innovantes. De déficits toujours plus conséquents. D’interventionnisme toujours plus clownesque. D’un chômage calquant sa courbe sur les plus hauts boursiers. D’avancées concrètes quant au recul des libertés mais d’injustices toujours plus nombreuses. D’une criminalité couvée avec admiration et amour, excusée à jamais socialement, et dont on cherche à dépénaliser les actes du mieux possible.

Et j’évite d’évoquer la radicalisation d’une bonne partie de la population, plus avancée encore que sous Sarko, entre fondamentalisme musulman nourri au grain et au cutter, catholicisme revanchard, désormais en croisade contre la décadence homosexuelle de nos édiles et élites, et bagarres entre fan-boys de Fred Perry, qu’on se chargera bien d’instrumentaliser politiquement façon « retour-aux-heures-sombres-les-plus-noires*sombres-de-la-république ».

Assurément, avec les socialistes, le futur promet.

Bref, je remettais mes mocassins dans un pays où tout fout le camp, où l’avenir se situe quelque part entre Naples et Barbès, encadré par Arnaud Montebourg ministre du Redressement productif, Jérôme Cahuzac ex à la fraude fiscale, et Marine Le Pen, sortie de sa piscine. Un joli petit monde, où certains émargent à 12 697,54 euros mensuel (avec une belle quotepart non imposable) pour se présenter à la télé pour blablater et pointer du doigt son voisin à l’assemblée: « C’est forcément lui, ce salaud« , avant d’aller lui taper la bise en coulisse.

Un pays où même Sardou décidait de retourner sa veste et Gégé d’émigrer en Mordovie. Ne parlons pas des cadres et de tout aspirant à la survie. En particulier quand il est blanc de peau et porte un nom de « gaulois ».

Du coup, après le 20H débordant de bonnes nouvelles, dur d’entendre Evelyne Dhéliat nous dire que cette dépression ne prendra ~ peut être ~ fin qu’en 2017.

« Peut être » hein, car avec la météo apocalyptique à l’oeuvre dans les cervelles sentant venir la fin, et l’attitude de girouette des vents médiatiques particulièrement subordonnés au pouvoir, on est jamais réellement sûr de rien. Et on est clairement pas à l’abri d’une réélection dégueulasse.

仕方がない…

SHIKATA GA NAI BIATCH

IMG_5148

IMG_3145

IMG_3149

IMG_3214

IMG_3366

Major Lazer tyler-album-stream1

cover ghp_carpenters_wonderwall_cover_lge

cover 789635

115268280 good-kid-maad-city-deluxe

IMG_3372

IMG_3367 IMG_3368 IMG_3370 IMG_3371 IMG_3375

IMG_3374

IMG_4221

IMG_3438

IMG_5150

IMG_2929

THUGS

IMG_2934

IMG_3450

IMG_3451 IMG_3452 IMG_3455 IMG_3448 IMG_3456

IMG_2967

IMG_3381

Fotor06034177

Fotor060342329

Fotor060342627

IMG_4031

IMG_5151

IMG_4032

IMG_3293

IMG_5144

Fotor06034328

IMG_4225

IMG_3559

IMG_3556

IMG_3554

IMG_3551

IMG_3550

IMG_3548

IMG_3785

IMG_3786

IMG_3798

IMG_3794

IMG_3792

IMG_3790

Fotor060450931

IMG_3810

IMG_3811 IMG_3812 IMG_3813 IMG_3815 IMG_3816

IMG_3819

IMG_3818 IMG_3820 IMG_3821 IMG_3825 IMG_3822

IMG_3823

IMG_3760

IMG_3755

IMG_3757

IMG_3751

IMG_3758

IMG_3753

IMG_3754

IMG_3745

JUDY IMG_3738 PHRED !

IMG_3747

IMG_8133

IMG_8159

IMG_9059

IMG_7975

IMG_7973 IMG_7983 IMG_7981 IMG_7984 IMG_7986

IMG_8161

IMG_3910

IMG_3987

IMG_3975 IMG_3983 IMG_3981

IMG_4214

IMG_4215

IMG_4159 IMG_4157

IMG_4828

IMG_7437

IMG_9174

IMG_9172 IMG_9173 IMG_9177 IMG_9178 IMG_9180

IMG_9176

IMG_9175 IMG_9182 IMG_9185 IMG_9184 IMG_9179

IMG_9187

IMG_7451

IMG_7436

IMG_7441

IMG_4665

IMG_4664

IMG_4701

IMG_4711

IMG_4713

IMG_4715

IMG_4727

IMG_4838

IMG_4843

IMG_4844 IMG_4846 IMG_4848 IMG_4849 IMG_4853

IMG_4857

IMG_4972

IMG_4973

IMG_4985

IMG_4981

IMG_4997

IMG_4976

IMG_4983

IMG_4971

IMG_6821

– La vie de Français moyen –

Dolce Vita

Avec toute cette merde, et l’attitude clairement résigné, voir frondeuse des français sans parler d’un « printemps » pluvieux, la sinistrose aurait presque pu venir à bout de mon éternel optimisme et ma légendaire bonhomie.

Ouais, j’aurai presque pu avoir mal à ma France. Et chanter comme Grems.

Heureusement pour elle (et vos oreilles), je suis devenu un intime de Marseille, on a fêté le titre du PSG sur fond d’arbitrage « fiscal », et les marchés se sont magiquement envolés, dépassant avec allégresse leur plus haut de 2007, et en attendant qu’ils retrouvent leur plus bas de 2008.

Merci à Ben, Mario et Haruhiko.

Et puis à voir le tarif et l’attractivité des bonds du trésor Français malgré un rendement « allemand », et ce besoin de financement social qui gonfle sans arrêt, qui refuserait l’aumône ? Hein ? Vous allez bien rembourser vos dettes non ? Combien plus quand on connait votre niveau d’épargne, et le patrimoine qui va avec. Quoi Chypre ? Noooooon, mais en France c’est impossible ces choses-là, il faut bien le dire. Allons les enfants. Et puis en France, on ne remerciera jamais assez le Trésor Public, toujours dévoué à combler les trous et assurer ses salaires, surtout si c’est en vous faisant les poches. Et un défaut, non, ces messieurs auraient trop à y perdre. Et au pire, AU PIRE, vu comment c’est parti et malgré les assurances conjointes, y’aura bien un back up de dernier ressort de l’ami Mario – même si Angela devra avaler de grosses couleuvres. Oui je m’inquiète pas, en tant que français, on saura bien la lui faire à l’envers… Vogue la galère quoi.

Sur ce les enfants, je vais continuer ma bamboula. Et repartir ici et là.

En attendant, si vous êtes pas fonctionnaire, tributaire d’un secteur économique verrouillé ou privilégié du PS, un dernier conseil pour la route :

Fly

______

Sinon, je sais pas moi, lancez-vous dans le trafic de shit ou de coke (on parle bien de supprimer les prisons, et puis vu ce qu’ils mettent comme peines, si en plus ils construisent des salles de shoot…), prétextez être étranger (ça paie mieux avec la CAF, surtout au bled) ou Tchétchène tiens (là, bonne garantie d’être surclassé à l’AME), feignez d’être gay donc moderne (et philosémite en plus, grâce au point bonus Pierre Bergé), ou bien plus simple, devenez militant au Parti Socialiste, devrait bien y avoir un emploi d’avenir, ou un poste à Pôpole Emploi pour vous, en attendant un minimum de redistribution, des aides ou des logement sociaux, et tout le bazar qui va avec. Mais faudra être patient, la liste d’attente ne cesse de grandir.

* Il y avait là une inqualifiable remarque raciste qui méritait d’être « démocratiquement taillée en pièces ».

Des « chu ».

Gringo

Peter Tevis – A gringo like me

Publicités

12 réflexions sur “Afterlife / France

  1. Ouais…

    Dur. :/

    Je partage un peu le point de vue même si je le trouve particulièrement violent. Je pense que notre pays a tout de même de sacrées qualités et des ressources pour surmonter tout ça. Bref, je me refuse à baisser les bras.

    J’espère qu’il y aura un sursaut de conscience républicain à l’avenir et un retour au bon sens de la part des politiques comme de la société dans son ensemble. Je sais pas, peut être mon coté fleur bleu idéaliste. 😉

    Enfin, même si on en prend plein la gueule, content du retour mon cher Clarence.

    Cheers.

    Ps; Et toujours de belles photos ici.

  2. Oui bon, c’est un peu une relation d’amour chien que tu entretiens avec notre pays, de toute façon on aime ce qui nous fait du mal et on s’en défend d’autant plus. Je vais arrêter de lire ton blog avant de manger c’est un vrai supplice pour l’estomac, tes photos sont géniales, un sandwich au thon à Suresnes c’est tout de suite moins sexy… La France qui travaille, fuir oui et non, pour aller ou et pour faire quoi, ce n’est pas donné à tout le monde de savoir que l’on veut faire docteur dès l’age de 4 ans… Certains comme mon voisin du haut Matotzameti sont idéalistes, et tant mieux, je partage leur point de vue, oui c’est possible, oui il faut faire des efforts etc…
    Après la France reste pour l’instant le phare des nations à mes yeux, on râle on râle oui, mais pour du mieux, pour quelque chose de plus humain et de plus sociale (ouh le vilain maux) l’esprit des Lumières, l’Humanisme sont des choses qui nous inspirent. L’économie assujettie à la finance n’est pas un leitmotiv pour la plupart d’entre nous. Je veux être et non avoir , chose impossible dans notre société actuelle. Il faut posséder pour être.
    Je n’ai pas ton aisance rédactionnelle, mais pleins de choses me font tiquer en lisant ton blog, concernant ton article, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, tout reste à faire, les solutions existent et les gens changent, enfin, il parait hein !

  3. @ Sylvain et Mato: Merci pour les commentaires.

    Autrement:

    « Enter your relationship with France : It’s complicated ».

    Clair que c’est en résumé l’histoire de ma relation avec la France. Et pourtant dieu sait que j’aime ce pays, et parfois même ces habitants, fussent-ils parisiens.

    Mais là, on vient de taper le point de non retour. Et vaudrait mieux pas vivre sur de vieux souvenirs…

    Alors c’est sympa cette idée de « pays des lumières, phare des nations », mais bon, à l’aune de la mondialisation actuelle, ça vaut plus grand chose.

    La France n’est plus qu’un bluff. Et on en est réduit à jouer au poker menteur.

    Et ça fait longtemps que je ne me berce plus d’illusions, mais de « réalités ».

    Sinon pour le laïus sur « l’économie assujettie à la finance, je veux être et non avoir, l’Humanisme » avec un grand H, je veux bien. Mais à la fin du mois, il vaut mieux que ton solde soit « positif » et que ton frigo soit rempli. C’est ça l’économie. Une simple logique arithmétique qui touche et impacte tout le monde à des degrés divers. De l’Etat aux entreprises, des ménages au simple célibataire.

    CASH RULES EVERYTHING AROUND ME
    , comme le rappait le Wu Tang à l’époque.

    Ou Money, money, money par Abba si tu préfères.

    Bon, je suis loin de prêcher la sur-consommation, ou le matérialisme à tout crin comme un sacerdoce face au vide d’une vie. Faut savoir faire la part des choses et savoir se situer vis-à-vis de l’argent, de ses besoins, et de ses envies.

    Ici, ce que je déplore, c’est plutôt l’état de décomposition de cette société, d’un pays, de ses rouages, et donc, de son futur. Et ce, à tous les niveaux malheureusement. D’où le conseil final façon Gandalf.

    Si vous vous sentez capable de contre-argumenter, même par idéal ou envie de palabrer, libre à vous. Je suis tout ouïe. 😉

    Clarence, get the money, dollar dollar bill y’all

    • Tout à fait en phase avec vous et reste donc deux choix … 1- La Résignation , 2- l’Exil, la sortie. J’ai dans mes plans l’option 2 à partir de 2015, mes enfants auront alors 9 et 11 ans et je souhaiterais qu’il connaissent autre chose que l’Éducation Nationale !! Je prépare mon patrimoine et mon travail pour cette sortie du système.

  4. C’est vrai que ça craint un peu l’ambiance ici.

    Et je tombe sur un article comme quoi plusieurs boites militaires ricaines boudent le salon du Bourget (ou réduisent leur présence), préférant ceux de Farnborough, Dubai et Singapour. C’est pas bon signe pour l’aura de la France, mais c’est pas étonnant.

    Est-ce qu’il faut encore attribuer ça au fait que la France est le carrefour nord/sud de l’Europe ? Ce qui rend le pays très hétéroclite et ingouvernable ?
    Ou d’autres facteurs, genre trop de centralisation, ou encore nos supers élites (politiques et économiques) qu’on pourrait presque qualifier de consanguines tellement elles semblent toutes venir du même moule ? :p
    Et encore tout un tas d’autres facteurs j’imagine (immigration mal assimilée, paternalisme étatique trop présent…)
    Mais bon je dis ça, j’en sais trop rien, plus ça va et moins tout cela m’intéresse (ce qui n’est pas forcément une bonne idée mais j’aurais justement tendance à me recentrer sur ce sur quoi je semble pouvoir agir).

    Alors est-ce qu’on va morfler sévère ou est-ce que – comme dit plus haut – on peut amorcer un virage plus « humaniste » quand d’autres pays continueront à se shooter à la croissance exponentielle jusqu’à l’overdose (le smog de Pékin ne me donne franchement pas envie de m’expatrier là bas, ton coin du Japon à l’air bien plus sympa).

    Cependant Clarence, corrige-moi si je me trompe mais je crois que tu avais dit que la Grèce (et/ou l’Allemagne) aurait déjà du sortir de l’Europe à l’heure qu’il est, ce qui ne s’est pas produit (pour le meilleur ou pour le pire ?), alors peut-être que tu te trompes sur le sort de la France 😉

    Elles sont toutes à toi ces pompes ? Y’a même pas moyen qu’elles se fassent à tes pieds non ? Y’en a trop xD

    • « Ou d’autres facteurs, genre trop de centralisation, ou encore nos supers élites (politiques et économiques) qu’on pourrait presque qualifier de consanguines tellement elles semblent toutes venir du même moule ? :p
      Et encore tout un tas d’autres facteurs j’imagine (immigration mal assimilée, paternalisme étatique trop présent…) »

      Tu mets le doigt là où il faut. Et en creusant, même très légèrement, tu trouverais d’autres raisons qui se rajoutent à ce généreux mille-feuilles. Il suffit d’ouvrir un quotidien aux pages économiques.

      « Mais bon je dis ça, j’en sais trop rien, plus ça va et moins tout cela m’intéresse (ce qui n’est pas forcément une bonne idée mais j’aurais justement tendance à me recentrer sur ce sur quoi je semble pouvoir agir). »

      Et tu fais bien. Inutile de palabrer. Il s’agit aujourd’hui de se concentrer sur les solutions de son avenir. Et d’éviter de le lier au sort de ce pays si possible. Ou de miser sur les secteurs qui devraient s’en sortir au mieux (genre… fonctionnaire ?).

      Pour le reste, ce pays va morfler, mais de manière graduelle. Le déclin est en pente, moyenne, même si le gouvernement actuel est en train de l’aggraver sérieusement. Malheureusement, la relative « bonne » santé du malade lui permet de tenir encore longtemps à ce rythme. Ce qui rendra le déclin particulièrement fatiguant.

      Certains secteurs vont même avoir le vent en poupe, avant d’être eux-même rattrapé par la situation générale. Je pense au tourisme par exemple. Qui devrait encore avoir de beaux jours devant lui. Ou le secteur du luxe, qui continuera encore à légender l’image de ce pays, rendant le bluff admirable et lui permettant de s’en tirer sur la scène internationale pendant quelques années encore.

      Mais de l’autre côté, pour le tout-venant, la situation elle, risque d’être beaucoup plus difficile à vivre. L’insécurité, l’iniquité d’une justice foncièrement laxiste, la montée inexorable du chômage, et le manque de perspective vont profondément miner le moral des ménages.

      Maintenant, d’autres pays risquent eux aussi de pâtir d’une sérieuse crise de foie à force de se gaver comme ils le font. Chine en tête. Et c’est clair que les perspectives économiques, si elles sont intéressantes, ne rendrait pas le pays plus attrayant, si on considère que la qualité de vie, sera elle, relativement médiocre. Combien plus quand on est immigré. Et qu’on imagine que cette même qualité de vie ne devrait pas forcément changer drastiquement en France, si ce n’est un coût qui augmentera sensiblement. Certains auront vite fait leur choix. Il vaut mieux un « petit chez soi, qu’un grand chez les autres »…

      Après, la planète est vaste. Les zones potentiellement intéressantes sont pléthores, et les perspectives pour peu qu’on s’y intéresse sont particulièrement valables dans certaines zones. Pense aux Philippines par exemple. Un pays encore sous-développé, mais au sous-sol probablement riche, et au potentiel touristique totalement sous-exploité, sans compter un niveau de vie très attrayant pour un occidental, et surtout, un littoral parmi les plus beaux d’asie du sud-est, qui le laisse à proximité de grands centres financiers, économiques et humains de premier ordre (Chine, Japon, Taiwan, Singapour). Fais toi même le calcul risk/reward.

      Sinon ouais, le Seto Naikai, c’est le bien. 😉

      Mais là, la situation à l’expatriation est beaucoup plus compliquée. Tout autant que les perspectives économiques de l’archipel. J’ai moi-même des craintes. En particulier depuis l’Abenomics… Mais je crains qu’on pourrait en débattre longuement…

      Pour le reste, oui, peut être que je me trompe sur la France. Qu’il va se passer quelque chose que je n’anticipais pas. Que les français vont se réveiller, marcher sur l’Elysée, virer Normal 1er et instituer une politique libérale qui portera ses fruits d’ici quelques années…

      On est jamais sûr de rien. J’analyse, j’extrapole au regard d’une situation donnée, et je me fais mon avis. Comme pour la Grèce. Où au final, une entité a décidé de son maintien dans l’Europe, en instituant une aide unilatérale « sans limites » (merci Mario et la BCE). Alors, effectivement, à ce train-là et avec l’aide de la BCE, la Grèce peut encore rester longtemps dans l’Europe, vu que les factures sont payées par la « communauté ». Cool.

      Mais m’est avis qu’on a simplement délayé et renvoyer le problème à plus tard. La Grèce n’est toujours pas sortie d’affaire, les réformes ne sont clairement pas encore à l’oeuvre et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’économiquement, ils sont presque au point mort. Adieu à l’idée de croissance. Bonjour aux déficits financés toujours exclusivement par l’UE.

      Réjouissant quand on sait que d’autres pays suivent. Et pas des moindres (Espagne, Portugal, Italie, France).

      Donc non, les problèmes ne sont en rien résolus, et ce n’est pas en prenant dans la poche de l’allemand et du français qu’on résoudra des problèmes structurels lourds, et un endettement qui a prit des proportions plus qu’effrayantes.

      Je t’ai déjà parlé de la France ?

      Bref, sauf miracle, genre sacrifice de l’épargne allemande, sacrifice des français sur l’autel des réformes libérales, sacrifice d’un pays-de-merde-pour-l’exemple, je mise toujours sur un éclatement de l’Europe, d’ici un horizon à moyen-terme.

      Peut être qu’une entité survivra. Resserrée autour d’un groupe de pays « solvables » et cramponnée à la monnaie unique. Peut être pas. Peut être que tout ça va marcher clopin-clopant, pauvre et heureux, et ce, jusqu’à la fin du monde. Who knows ? Qui est John Galt ?

      Clarence, pas encore gréviste

      PS: Et sinon, ça, c’est juste mon vestiaire parisien. Des souliers, des sneakers, il y a encore plus à la maison, au Japon. 😉

  5. Salut Clarence, oui je suis d’accord, la réalité économique est ce qui me fait me lever tous les jours pour que mon frigo ne soit pas vide. SI on faisait même un peu de psychologie (de comptoir hein mais bon) on simplifierait en disant que c’est tout simplement la peur de la Mort qui nous pousse à nous soumettre au libéralisme (la peur de manquer-la peur d’avoir faim- la peur de mourir bimm).
    Après bien sur, on peut rêver d’un monde sans, ou d’un monde mieux, notion qui sont relatives car tout à chacun. C’est bien connu, tout le monde à une idée de ce qu’est le concept de Liberté, mais si tu demandes à chacun de nous de quoi il s’agit exactement , tu auras 7 milliards de définitions, avec l’argent c’est pareil.

    « Bon, je suis loin de prêcher la sur-consommation, ou le matérialisme à tout crin comme un sacerdoce face au vide d’une vie. Faut savoir faire la part des choses et savoir se situer vis-à-vis de l’argent, de ses besoins, et de ses envies. » et bien encore une fois chacun le définira comme il veut, disons simplement que j’aimerais gagner assez pour ne plus y penser. Acheter du temps pour faire être libre d’être moi-même. Je pense que tu as assez bien résumé le rapport idéal que l’on souhaite avoir vis à vis de los dineros.

    Comme le disait Snake Plisken, »plus les choses changent et plus elles restent les mêmes », sortir de cette spirale de sur-consommation afin de « sur-exister » humpf, non ! Les exemples sont nombreux surtout chez les jeunes c’est ce qui peut être un moteur au départ, à la fuite dans un autre pays. Le Japon est à la fois un miroir et un oasis pour toutes ces raisons.

    Néanmoins et pour contre-argumenter, après un retour du Japon , me voici en France depuis plusieurs années et cette état de décomposition et plus une mutation qu’autre chose. Je vois tous les jours des gens qui sont résolument tournés vers l’avenir, des gens pour qui la France n’a pas encore tout donné, loin de là. Alors bien sûr, la comparaison ne supporte pas le poids de la rubrique faits divers de n’importe quel quotidien ou on se demande ce qui peut bien se passer chez nous mais il existe des gens qui pensent et agissent autrement. Tout le monde n’a pas abandonné la folle idée de rendre ce pays fréquentable et même envié.

    Je fréquente énormément d’étrangers et j’ai remarqué un paradoxe que j’ai du mal à définir: Les français entre eux critiquent la France, mais lorsque nous sommes face à ces mêmes critiques émanant de personnes étrangères nous nous faisons les parangons de notre cher beau pays ! Je pense donc qu’il existe en nous une certaine forme d’autocritiques que beaucoup d’autres pays n’ont pas. Oui, le français est arrogant et critique mais c’est grâce à ça qu’on peut également avancer pour rendre les choses un peu moins merdiques.

    Dans la mondialisation ,l’exception n’a plus sa place car elle est absorbée au mieux, ostracisée au pire sur l’autel du commerce mondial, par contre un équilibre est sans doute possible non ? On peut compter sur la France pour arriver à faire la part des choses, il ne s’agit pas d’avoir une confiance aveugle, simplement de comprendre qu’il s’agit d’un mécanisme casse-gueule et que la France, c’est un peu comme un mec de 14 ans qui sort avec une fille pour la première fois. Il ne sais pas trop comment l’aborder, il a la voix qui mue, des boutons pleins la tronche mais il se lance quand même avec le fol espoir d’arriver à ses fins avec ses armes à lui. La comparaison est foireuse mais c’est l’esprit.

    Pour finir ce pavé, je te crois savoir amateur de burger, le rainbow kitchen à sendagi (à Tokyo donc) est un endroit merveilleux, vazy que je te dis !

    PS : je retourne moi même vivre la bas (à Tokyo pas au rainbow kitchen) bientôt alors d’ici là continue de nous abreuver de tes photos bien classes histoire de rendre l’attente un peu moins longue 😉

    • On a tous des définitions différentes de la réussite, du bonheur, de l’argent… A chacun de déterminer ce qu’il souhaite dans sa vie, et comment il y parviendra. C’est en tout cas le moins que je te souhaite. 😉

      Que la Chine, le Japon dans une moindre proportion, ou demain, le Brésil deviennent des eldorado pour la jeunesse occidentale, je peux le comprendre. Je ne m’y oppose pas. Je ne critique pas, peu importe les raisons qui les poussent. A chacun ses choix.

      Moi aussi je vois des gens déterminés à vouloir oeuvrer pour le bien de ce pays. Et je vois aussi combien ils ne sont pas récompensés. J’observe aussi combien ce pays ne récompense jamais ni ne loue l’effort, l’investissement, la création de richesse. Et je vois combien on a développé un esprit de ressentiment, d’envie, de haine, de mépris pour la réussite qu’elle soit matérielle, ou tout simplement humaine. A quoi sert de rendre un pays fréquentable quand une majorité a décidé du contraire ? Combien plus quand un gouvernement s’échine à rendre les choses encore plus compliqués, voir à savamment détériorer le peu qui reste. Qui peut se dresser face à l’Etat ? Toi ?

      Les français sont à l’évidence un peuple curieux, cultivé et généralement ouvert. Malheureusement, ils sont également foncièrement chauvins, très loin d’être tolérant, hypocrite et peuvent être d’une incroyable mauvaise foi. Sans compter un incompréhensible déni de réalité face aux changements à l’oeuvre mondialement et le cynisme qui l’accompagne.

      Revenir en France, c’est l’impression de se retrouver sur le ponton du Titanic, peu avant d’avoir heurté l’iceberg. De l’insouciance, des commentaires laconiques façon « mais non tu exagères, tout ne va pas si mal », et une véritable défiance quand on évoque le réel, cette chose si lointaine mais si proche pour beaucoup, et que la plupart n’a tout simplement pas envie de « rencontrer » et encore moins envie de commenter.

      Ouais, l’impression de revivre le début du film La Haine.

      « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.

      Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage. »

      Et c’est saisissant de voir que les gens ont ce sentiment d’aller à l’abattoir. Qu’ils savent qu’au bout du couloir, c’est la mort, et pourtant, le même comportement moutonnier les pousse irrésistiblement vers le même sort.

      Moi ce que je te poserai comme question, c’est comment on est arrivé là ? Si on était réellement capable d’auto-critique comme tu dis. Comment expliquer qu’un pays sortant des trente glorieuses puissent décliner si rapidement.

      Comment un pays peut enregistrer plus de 30 % de chômage chez ses jeunes et se regarder dans le miroir en imaginant ce qu’il n’est pas ?

      Quand un étranger me demande pourquoi ça part en couille, et qu’il met le doigt là où ça fait mal, je ne cherche pas à excuser la chose, et encore moins à minimiser la vérité.

      Il ne me viendrait pas à l’idée de combattre la vérité pour défendre chauvinement un pays, un individu ou une société qui ne le mérite pas.

      Et c’est le même tarif pour tout le monde.

      Personnellement, je ne crois pas en la France. Et encore moins aux français. Trop souvent bouffis dans leur orgueil, à l’image de leur coq.

      Je ne les crois pas capable d’inverser cette tendance au déclin, et à l’auto-flagellation. Je ne vois pas de solutions à court, moyen, long terme pour sauver ce pays du cancer qui le ronge et qu’il a décidé de cacher en affectant un sourire goguenard.

      Et quand tu évoques la mondialisation, qu’est ce que l’équilibre ?

      Il n’y a pas d’équilibre. Seule la force a voie au chapitre. La force économique. Militaire. Ou politique.

      La France décline sur les trois plans. Et elle va se vassaliser au profit de nouvelles puissances. Emergentes ou non.

      Alors plutôt que l’image d’un boutonneux pré-pubère en chasse, je préfère une autre image.

      La France est une putain. Elle a eu une puissance d’attrait qui l’a porté au firmament des nations. Et elle peut s’enorgueillir d’avoir une histoire et un passé glorieux. C’est sa principale rente. Ses immeubles haussmanien, ses marques légendaires, sa culture inestimable. Aujourd’hui, en tant que « grande dame », ses charmes font encore de l’effet tant qu’elle porte un vison de chez Vuitton, des chaussures Louboutin et du Chanel numéro 5. Mais petit à petit, le déclin se fait jour, inéluctable, comme la vieillesse. Et on ne vit pas de musées et de culture seulement. Les prétendants vont petit à petit la délaisser pour d’autres conquêtes. Plus jeunes, plus vivifiantes, et dont la croissance laisse entrevoir la beauté de la jeunesse. Ses capitaines d’industrie qui l’on si longtemps accompagné, se sont de toutes façons vendus depuis longtemps au Capital. Et celui-ci prospère en Asie désormais. Elle, elle finira bien un jour ou l’autre acculé par les dettes, forcée de vendre une bonne partie de son patrimoine. Le Louvres n’a-t-il pas ouvert une annexe à Doha, au Qatar ?

      Pendant ce temps-là, miss France va ressasser son passé, entre aigreur et douloureux inventaire. Mais il sera temps de regarder le miroir et cesser de se leurrer. Fini le champagne et le caviar. Ce sera le temps des ménages, des vêtements qu’on recoud soi-même, et des tables qu’on nettoie au bistrot d’en bas. Cosette style as fuck.

      Les misérables quoi. Ou la Grèce, pour faire plus proche. Un nouveau cycle, en attendant le prochain. Et un jour, l’espérance de briller à nouveau qui sait.

      Je ne dis pas ça par méchanceté ou aigreur. C’est pour moi le sens de l’histoire. Toujours fait de vainqueur et de vaincus. De cycle de croissance, puis de récession, de rebond, de chute. Et il n’y a jamais eu d' »équilibre ». Juste des intérêts et la force, l’envie de peuples à prendre ou conquérir, face à la faiblesse d’autres, repus et ankylosé.

      Moi, je souris à l’avenir. J’ai confiance en moi. Dans mes capacités à réussir. Je ne pense qu’à moi, et aux miens. « Ad Augusta Per Angusta ».

      Et désolé pour les autres. Mais charité bien ordonnée commence par soi-même.

      Alors bon courage. A toi Sylvain. Et ceux qui me lisent. Qu’ils m’apprécient ou me détestent.

      PS: Et merci pour le burger joint. J’irai tester ça très prochainement. Sois-en certain. 😉

      D’ailleurs, t’hésite pas, si le coeur t’en dit un de ces quatre et que tu es sur Tokyo, tu laisses un commentaire sur cette page. Malgré la violence de mon propos, je sais être parfaitement policé. Surtout devant un bon burger.

      • Salut Clarence, merci pour ta réponse, oui je pense que cette image de (vieille) putain colle assez parfaitement à la peau de la France, l’Angleterre a su rebondir, parlons simplement de l’image du pays, qu’il s’agisse de James Bond ou Harry Potter, Londres c’est la ville qui bouge, , la vieille ville qui change, se mobilise. Paris, c’est la ville des amoureux quadra qui se sont infidèles avec du Yvan Attal dedans…..Une image qui refuse de changer parce que quoi ? Simplement, et tu l’a très bien dit, c’est notre image de marque. On n’arrive pas à s’en défaire, on est englué dedans et du coup on passe pour des vieux cons qui refusent d’avancer parce que la mondialisation c’est bouffé ou être bouffé (un mieux je sais pas, en tout cas une façon de survivre).
        Mais un pays évolue lentement, très lentement, les gouvernements changent, les gens aussi (il parait) soyons patients et apprenons de nos erreurs.

        « n’étant jamais définitivement modelé, l’homme est receleur de son contraire » écrit René Char.

        Je souhaite que la France arrive à faire cette synthèse impossible, on a des trésors, des ressources, nous aussi y a pleins de jeunes mais , oui il y a une culture de la défaite, du faire la gueule et je n’imagine même pas le choc que ça doit faire de revenir après un long moment à l’étranger et de voir la tête de tous ces gens. Personnellement j’ai mis une semaine avant de pouvoir (re)fonctionner correctement en France mais il y a aussi le choc culturel et des tongues endommagées mais c’est une autre histoire.

        Pour changer de registre, merci pour ton invitation, on ira s’en jeter un p’tit en refaisant, ou pas, le monde , histoire de passer un chouette moment. C’est bizarre mais je suis ému à l’idée de revenir sur Tokyo…

        Au fait, tu féliciteras ton ami Robocop qui vient d’étre promu amiral chez Starfleet.

        A plus !

  6. Allons Monsieur Boddicker, un peu d’opportunisme que diable! Oui la France change, cette vieille civilisation n’en finit plus de mourir, sa population évolue profondément. La France de carte postale, celle que viennent voir les touristes asiatiques s’est flinguée entre 1914 -1918 (27 % des 18-27 ans). Alors que la déchristianisation, et donc une certaine conception de la société, va galopante de nouvelles populations n’ayant ni les même normes ni les même valeurs (interdits alimentaires, rapport au corps de la femme, etc…)constituent une part de plus en plus importante de la population. Ce n’est pas négatif, c’est juste différent d’avant. De même pour la crise économique, il y a pleins de choses positives dans une crise économique. Un exemple ? Allez sur le site d’interenchers en cherchant un peu vous trouverez plein de ventes judiciaires, des entreprises ou des artisans en faillites, dans lesquelles vous pouvez racheter pour une bouché de pain du matériel, des stocks, il y a de très bonnes affaires à faire.

    Le problème c’est que certaines personnes sont honnêtes. Je n’ai jamais compris comment l’on peut travailler à mi-temps en étant payé au SMIC, soit environ 600 euro par mois, alors même que vous pouvez toucher 500 euro avec le RSA en restant devant votre télé. Et quand vous demandez à ces gens pourquoi ils ne sont pas au RSA, ils vous répondent que c’est une question de dignité et autres fadaises dans le genre…..La vie est une question de choix….

    Quand vous dites « Fly, you fools », le problème est à mon humble avis que trop de gens sont prisonniers de leur vie de famille. Combien de types voudraient changer de métier, aller dans une autre ville/région/pays dans l’espoir d’avoir une meilleur situation. Seulement voilà, la testostérone a parlé dans la vingtaine et monsieur s’est retrouvé avec une femme et des enfants qu’il doit nourrir tous les jours et dans ce cas on ne prend pas de risques. Le petit train train quotidien c’est tellement confortable, les vacances au ski en hiver et à la plage en été. « On sait ce que l’on perd, on ne sait pas ce que l’on gagne ». Et à 50/60 ans quand les enfants et peut-être madame sont partis, il est trop tard, ta vie est finie et elle n’a servie à rien.

    • Oui la France change. Et oui, il y a beaucoup de choses positives qu’une crise économique peut provoquer.

      Malheureusement que ce soit dans le changement de population, ou dans la direction économique, on ne peut pas dire que ce changement soit « positif », et que la crise va à long terme se montrer « bénéfique » en provoquant un sursaut. C’est bien beau de penser que les vide-greniers, et les ventes d’huissiers comme les liquidations vont permettre de récupérer une partie de cette « richesse », mais la question qui reste prégnante, c’est demain. Quid de la création de richesse et du renouvellement économique qui l’accompagne. Qui va la créer ? Ces nouvelles populations ? Des acteurs économiques tel l’Etat voir des ménages exsangue financièrement ?

      Il y en aura probablement, avec la création de business « communautaires » qui seront de plus en plus florissant à mesure que ces populations deviendront majoritaires (USA like). Tout comme on verra l’apparition d’investisseurs étrangers agressifs et prêt à prendre des risques (principalement venus des BRIC), attirés par des secteurs vitaux à forte rentabilité (activité portuaire, agro-alimentaire, distribution, etc). Et je ne doute pas que certains sauront tirer leur épingle du jeu.

      Mais on est loin de pouvoir imaginer demain la naissance en France d’une puissance industrielle, ou innovante d’importance. Autant vous faire à cette idée.

      Moi, je vois plutôt le syndrome de Detroit se manifester davantage chez nous, avec une pauvreté alarmante, une précarisation accrue de la population active, et une véritable fuite des cerveaux, comme des capitaux vers des cieux plus clément. Sans compter une future corruption endémique, et une criminalité explosive.

      Entre un Etat obsédé par la « redistribution », la spoliation et une « malhonnêteté » (ou de la résignation) qui en poussera une grande partie vers ce même Etat « providence », on risque bien d’être mal barré. Du moins ceux qui s’échineront à en créer, de la croissance. Pour eux, s’ils ne sont pas eux-même malhonnête, je crains l’abattoir fiscal. A quoi ça sert d’écoper la mer avec une cuillère ?

      La plupart se retrouveront poussé à mendier la charité à l’Etat. Un Etat qui devra lui-même faire face à des priorités de plus en plus dégradantes, et des déficits de plus en plus béants.

      Le Brésil lui, en pleine croissance, s’enrichit, et ses favelas changent face à la pression inflationniste, comme des mesures structurelles d’importance favorisant l’investissement. La France elle, va voir ses banlieues devenir de véritables zones de non-droit (c’est déjà plus ou moins le cas), et l’économie parallèle transformera des villes entières en bidonville à mesure que la pauvreté s’envolera.

      Et au delà, ce qui m’inquiète le plus, ce sont les tensions communautaires qui iront grandissantes. Tensions religieuses, ethniques, communautaires, voir même économiques (cette fameuse lutte des classes qu’on aime à entretenir chez nous) quand elles ne seront pas sexuelles (merci au gouvernement actuel pour son jusqu’au boutisme délirant).

      Vous avez peut être envie de vivre dans ce pays. Mais pas moi, ni mes futurs gosses.

      Alors oui, la vie est une question de choix, et l’expatriation peut en être un.

      Un choix de vie difficile, je n’en doute pas.

      En tout cas, bon courage pour faire des affaire, et vous garantir des opportunités. Il va en falloir des couilles dans ce marécage. 😉

      Clarence, à l’est toute

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s