BIG IN TOKYO

BIG IN TOKYO 5: Ball of confusion

Une chambre à Tokyo

« Je veux m’asseoir sur une chaise à Tokyo
Ça prendra le temps qu’il faut
Je prendrai un aller sans retour, un avion-cargo
Je veux m’asseoir sur une chaise à Tokyo
Te prendre de haut
Dans une suite à l’hôtel Nikko
Sous les lueurs du logo »

Ainsi chantait Benjamin Biolay.

No manga, no bongo, une chaise à Tokyo.

En même temps, Benjamin n’a pas totalement tort, en ce moment mieux vaut une chaise à Tokyo, qu’un séjour thalasso-thérapie sur l’île de Yeonpyeong.

Alors en attendant un missile de Kim Jong-Il sur le coin de la tronche, profitons toujours de la possibilité de s’encanailler dans une ville qui se vit généralement à 100 à l’heure. On songera plus tard à la prendre de haut.

Live fast, die old quoi.

Tokyo, de haut

Champs Elysées

Et pour bien démarrer ces retrouvailles, quoi de mieux qu’un rendez-vous à Shinjuku, dans un cabaret de ニュ-ハ-フ certifié conforme, et censé renvoyer les transformistes de Michou en reliquat vulgaire d’une émission animée par Michel Drucker, période choucroute, paillettes et synthé. Hein, je vous le demande !

Evolution

A peine installé qu’on a déjà droit au cérémoniel « chouchoutage » du client: Ces messieurs-dames (comment vous dire…) prennent le temps de vous claquer la bise et faire votre connaissance, autour d’un whisky-pizza-risotto de circonstance. Un brin de papotage avant le « show »,  qui permettra de se rendre compte de plus près de la beauté plastique relative de ces créatures. Un « naturel » qui ne manquera pas d’émerveiller notre Gossip Girl nationale, presque gênée devant tant d’atours so glamourous.

The inside job

La salle est méchamment enfumée, et principalement occupée au premier rang par des femmes venues là dans un esprit bon enfant et des envies curieuses, quand elles ne connaissent pas la choré sur le bout des ongles. Elles sont suivies plus loin par une majorité de salaryman plus en retrait de la scène, probablement par envie de discrétion, mais qui n’hésitent plus en plein « black-out » à crier leur amour pour leur danseuse préférée et l’accompagner à grands cris, Ouendan style as fuck. La petite heure de spectacle passe très rapidement, mais la débauche d’énergie, et le relatif intérêt créatif des chorégraphies, sans parler du non-sens total de certains passages (toute la troupe vous refait le collège fou-fou-fou, façon bosozoku en slip) méritent à eux-seuls la visite. Après, si vous êtes fans comme ce papy, rien ne s’oppose non plus à taper la pose au milieu de l’équipe.

Moi aussi j’ai eu droit à ma dédicace.

Pour les timides et les prudes biberonnés au lait biblique/coranique/talmudique, rassurez-vous, rien de scabreux, si ce n’est un ou deux seins refaits accompagnés d’une cuisse guillerette apparaissant en travers d’un rideau.

Pattaya est décidément trop loin.

Ouf.

Pas le temps de souffler que déjà Ginza, radieuse en si bon matin, se rappelle à vous.

Pêle mêle Ginza-Peter-Pizzeria e Trattoria Da Isa (Naka-Meguro)

Des cafés (dont un excellent espresso), des Perriers, des chats, des pizzas avalés en terrasse à la faveur de la douceur hivernale locale, du métro en veux-tu en voilà, et puis l’occasion de taper un Yoichi/Davidoff Grand Cru avec Tokyo mon amour et d’enchainer les verres avec les suspects usuels (Roban & Senbei, c’est un tandem aussi valable que Terrence Hill & Bud Spencer), et nous voilà reparti sur le sentier de la bouffe.

Un sentier de forcené qui nous menait tout droit à l’hôtel Imperial, formellement habité par l’esprit d’un Jack ‘Watanabe’ Torrance, et où on se demande comment peut y officier Thierry Voisin

All work and no play makes Jack a dull boy.

Assurément…

Sandra KimTokyo Boy

Publicités

10 réflexions sur “BIG IN TOKYO 5: Ball of confusion

  1. Clarence, vieux brigand, j’espère que tu n’as pas oublié mon Shochu !

    Eyfiss, qui pourrait y faire un tour ce mois ci de toute manière.

    PS: non je ne suis pas un enfoiré, je dis s’il vous plaît/merci toujours !

  2. Quand j’entends le mot cabaret, je ne peux m’empêcher de songer à Patrick Sébastien… D’ailleurs, j’ai été fort déçu de ne pas le trouver en B.O. de ce post…

    Je sais, j’ai des goûts bizarres, je devrais moins écouter Halcali, ça doit venir de là…

    Sinon, toujours de jolies photos, Matou power !!!

  3. Clarence Boddicker où comment jouer la Tortue Ninja à Ginza et réduire en miettes le concept du plus grand cabaret du Monde de l’ami Sébastien… On ne change pas une équipe qui gagne et j’espère ne perdra pas la main ! Félicitations aurais tu investi dans un nouvel appareil photo ou tu tires le maximum des capacités de ton compact ?

    Bdiddy, Debout ou assis toujours aussi petit !

  4. gyaa! mais le pic de Miss new-half est trop biiiig!! O_o
    C’etait tres amusant ^^ oui, it was just like the vd of la chaise a tokyo, si tu etais en stylish suits comme BB(& on a turn table) 😉 Je veux voir your school boy foufou dancing in a slip!!
    Sinon, ce monsieur d’age mur, il etait tres bien excite, haha… ^^;
    @petit senbei, allons-y ensemble la prochaine fois 🙂

  5. @ Eyfiss: Du shochu ? T’es pas maso non ? Du suntory whisky ouais ! C’est tout ce que tu auras !

    Autrement, tu te pointerais ici en décembre ? Tu louperais Ismaël dans un bar à new-half alors, ce serait ballot.

    Tiens moi au jus sinon.

    @ Senbei:
    Bah quand tu veux/peux fiston.

    @ A.rnaud:
    Patrick Sébastien ? Pour le coup, je lorgnerai plutôt sur Tamori alors.

    Et oui, matou power ! En en attendant d’autres du monsieur qui habite dans les parages (et à défaut de tongs doraemon). 😉

    @ Bdiddy: « Félicitations aurais tu investi dans un nouvel appareil photo ou tu tires le maximum des capacités de ton compact ? »

    Pas encore (Sébastien Jarry m’a conseillé d’attendre les soldes). C’est toujours le même !

    Mais bon, je réfléchi à acheter quelque chose qui fasse plus pro, genre Canon. Il m’aura servi ce petit Lumix, mais là, non content d’avoir l’objectif dégueu, il montre de sérieux signes de laisser-aller…

    @ Emi:
    Oh sweatie ! Sympa ton nouvel avatar !

    Oui, c’était un très bon moment ! Autant dans la salle que sur scène. Quoiqu’un peu court. Mais clair que le spectacle aura fait des heureux.

    Merci encore ! 😉

    Pour une prochaine, on se fait ça avec Senbei ?

    Clarence, Tokyo Decadence

  6. L’un ou l’autre me vont !

    Et puis non, il se trouve qu’au final ma vadrouille ne pourra pas se faire…

    Hey, Clacla, la prochaine, arrange toi pour m’attendre ( ou m’emmener….:) )

    Eyfiss, eyfiss.

  7. Une pizza bien croustillante au petit matin après une nuit de folle décadence dans l’antre des hermaphrodites… C’est une bonne façon de commencer une journée ça!

    Mais bon, Comme dirait l’astiqueuse de table la plus célèbre de France (http://il.youtube.com/watch?v=fhI1zeDwoI0&feature=related), je suppose que tu ferais pas ça tous les jours non plus, hein?

    Malgré ta description très convaincante des plaisirs du Michou local, je m’en tiendrai pour ma part à la pizzeria dont tu m’as vanté les mérites et que je visiterai très prochainement.

    Je t’attends à nouveau de pied ferme lors de ton prochain passage dans la capitale de l’est avec quelques Partagas en stock!

    D’ici là, take care et pas d’abus de new half…

  8. Si tu vois des choses intéressantes du côté de l’ami Jarry n’hésites pas à me faire signe… Je pense que les tarifs défieront toute concurrence ! Je suis dans le même mon compact commence à faire la grimace !

    Bdiddy, Tout dans la fraîcheur…

  9. @ Eyfiss: Rend toi indispensable, et tu pourras même dormir avec moi mon chou !

    @u tokyoite amoureux: Ah il y avait tout de même des cafés et un petit déjeuner « parisien » bercé par le doux songe de zaza napoli avant la pizza.

    Tout de même !

    Bon, après les abus, prépare-nous les partagas, je suis là ce week end ! 😀

    @ Bdiddy: Honnêtement, question tarifs, tu vas devenir blanc !

    Le yen va faire mal à ton portefeuille, et les modèles nippons sont désormais bridés.

    Oui je sais, ça fait beaucoup d’assertions nauséeuses, mais le fait est là: Le Japon n’est plus aussi intéressant que Cdiscount !

    Mais si j’ai un truc valable, je te fais signe ! 😉

    Clarence, touche pas à mon pote

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s