Born into this...

Aujourd’hui en France

Powned Et bien profond.

Rideau de fumée

Jérôme Kerviel vient d’être condamné à 3 ans de prison ferme et 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts.

Le soit-disant « lampiste » du système a bien entendu fait appel d’une décision qui le condamnait à 177000 années de remboursement.

177000 années de remboursement. Cofidis en rêverait. La SOCGEN y renonce. Pas par compassion, mais sur instruction politique, motivé par une question d’image, et surtout l’insolvabilité hautement probable de l’ex-employé Kerviel.

Reste l’attendu d’un jugement implacable mais finalement totalement justifié. Une affaire où la prétendue victime du système révèle toute l’étendue de sa volonté égoïste sans en comprendre le caractère nuisible, le tout entre fraude et dissimulation, héritées d’une excellente connaissance des systèmes de contrôles internes, et profitant du laxisme d’une hiérarchie facilement abusée et abonnée au laissez-faire de rigueur.

Pour le reste, on ne reviendra pas sur l’incapacité flagrante de l’ex-trader à gérer le risque et opérer sur les marchés sans proportions gigantesques. Sûrement un aficionado du « plus c’est gros, plus ça passe ».

Un adage que n’aurait pas renié Jacques Chirac.

Le parquet de Nanterre s’est prononcé pour un non-lieu en faveur de l’ancien chef d’Etat, Jacques Chirac, mis en examen en sa double qualité d’ancien président du RPR et maire de la capitale dans l’enquête sur le financement illicite de l’ancien parti gaulliste, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Nanterre.

Eh eh ! Douze ans d’immobilisme et d’enculeries diverses ! Et les français m’aiment encore !

Jacquouille ou la nouvelle illustration patente de la différence entre « justiciable ». Et en particulier de la différence de traitement entre administrés lambda et politiques. A croire que dans notre bon royaume, le tiers-état, la noblesse, c’est encore le « tout change, rien ne change » cher à Hermès. La Fontaine peut sourire de là-haut, rien n’a changé en France.

Euh…

La diversité en force

WATI Bizarrries

Non c’est vrai, j’oubliais, il y a désormais une différence fondamentale de nos jours: La couleur de votre peau.

Si vous êtes noir et que vous chantez (?) comme Sexion d’Assautsoit au choix: la valorisation de l’homophobie, du viol, de l’intolérance religieuse, de l’antisémitisme et du racisme anti-blanc, on peut vous considérer comme « artiste ». Oui oui, vous lisez bien. Et pour ceux que ça intéresse, vous pouvez même vous faire du fric.

Par contre, si vous êtes un vieillard retraité, blanc, et à la recherche d’une place de parking, et que vous avez le malheur de faire une allusion à l’origine de votre chipeur de place, c’est dommages et intérêts assortis d’une possible peine d’emprisonnement.

La justice est bien faite. Hein Eric.

Oh non ! Merde ! On arrête avec ça ! Je suis innocent !

Notre homme à la Havane

Mais rassurez-vous, demain, on prévoit de faire encore mieux:

Jérôme Cahuzac (PS) va proposer, par amendement au budget 2011, de faire payer au moins partiellement des impôts aux Français qui résident à l’étranger. Le président de la commission des finances de l’Assemblée souhaite « lancer le débat », sachant que son amendement sera repoussé par la majorité, qui lui opposera les conventions de non-double imposition. « Plutôt que de retirer leur nationalité à certains, pourquoi ne pas rappeler cette nationalité à ceux qui sont partis, et leur demander de payer quelquechose en France, pays où ils sont nés, où ils ont été soignés, où ils sont allés à l’école ? ». (Source)

Un homme au service des français – surtout ceux de l’étranger

Jérôme Cahuzac donc: Député Socialiste (« What else » comme dirait George), démagogue à plein temps, chantre de la taxation inique, qui en plus de vivre confortablement sur le dos des contribuables et proposer des solutions typiquement foireuses pour régler des problèmes dont il se contrefout visiblement, ne manque pas d’air pour faire la leçon aux « privilégiés » qui vivent à l’étranger. C’est sûr que pour un socialiste, c’est plus courageux de s’en prendre à ceux qui bossent à l’étranger, qu’aux braqueurs multi-récidivistes de Grenoble.

Encore un qui, s’il n’y a pas déjà pensé, aurait sûrement apprécié cette petite conversation tiré de la pièce « Le diable rouge »:

– Colbert : «Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…»

– Mazarin : «Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison mais l’État… L’État, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font cela.»

– Colbert : «Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?»

– Mazarin : «On en crée d’autres».

– Colbert : «Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà».

– Mazarin : «Oui, c’est impossible».

– Colbert : «Alors, les riches ?»

– Mazarin : «Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres».

– Colbert : «Alors, comment fait-on ?»

– Mazarin : «Colbert, tu raisonnes comme un fromage ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… C’est un réservoir inépuisable.»

French way of life

Clair qu’en France, on n’a pas de pétrole. Mais on a des idées.

Dieu sait seulement où elles mèneront. Mais à survoler le newsflow et écouter les zouaves du bas, on se dit que ça va pas être jojo.

Quant à penser positif, je crains que ce ne soit largement au-dessus de mes aptitudes. Il suffit simplement de se remémorer que Nicolas Sarkozy est président de la république. Ou imaginer 2012. Ou penser aux prochaines grèves.

Au fond, peut être que Cahuzac a raison, il va peut être falloir se trouver une autre nationalité…

ZEP – Nique la France


Publicités

33 réflexions sur “Aujourd’hui en France

  1. Ah ah, excellent tableau d’un pays qui donne une idée de la situation un peu partout dans ceux qui lui ressemblent.
    La pertinence du dialogue de théâtre-réalité.
    Salutations au passage.

  2. Ohisashiburi.
    Le coup de la proposition de double imposition, il fallait le faire! Mais après tout, tous ne sont que des élèves du cardinal, en moins compétent bien sûr…

    Mieux vaut bien vivre chez le voisin que mal chez soi. Tous les français devraient y songer malgré tous ces blablatages ridicules: l’émigration est la seule solution!!!
    Ce pays ne se relèvera jamais des blessures qu’il s’auto-inflige, du moins pas de notre vivant.

  3. Post de beaugosse, comme d’hab’.
    Pas trouvé de quoi acheter une Cvstos prochainement sur bientot-riche.com, en revanche. J’imagine que tu les as trouvé en sourçant « sexion d’assault » plus qu’en sourçant des moyens de faire du blé.

  4. La proposition de Cahuzac est tout ce qu’il y a de raisonnable. Merde, les gars, un peu de patriotisme ! Faut le prendre comme une zakat républicaine !

    D’autre part, j’abonde dans le sens de Robert Patrick quand à la qualité de l’article (j’ajoute à ça la pertinence des tags !) d’autant qu’il nous permet de constater que Jérôme K. a la vrai classe et que lui, contrairement à SMAP, sait quelle est la vraie longueur idéale de la cravate d’un homme de goût !!! Cette mise au point me semblait plus que nécessaire.

  5. Mazarin… voilà bien le seul modèle que ces gens-là peuvent espérer approcher. Un ladre, comme dirait Athos. Un ladre génial, certes, mais un ladre.

    Ah ! si le cardinal (l’autre, le vrai, le grand) était là, comme il en botterait de ces culs arrogants!

  6. @ N: « La pertinence du dialogue de théâtre-réalité ».

    C’est tout à fait ça.

    Salutations !

    @ l’amoureux de Tokyo: « Le coup de la proposition de double imposition, il fallait le faire! »

    Mais « Impossible n’est pas français » mon cher ! 😉

    L’émigration, seule solution, j’y souscris à plein. Il est temps de laisser le paquebot France a sa dérive. Reste que même cette situation offrira des opportunités intéressantes.

    Qui veut une chaloupe ? Jantes alliages chromées de 20′, peinture anti-corrosion, et rames Porsche Design. Tarifs attractifs !

    Hebergement gratuit d'image et photo

    Alors en attendant l’iceberg, imitons nos politiques en respectant le seul mot d’ordre avant les femmes et les enfants: Prends l’oseille et tire-toi !

    Pour les in-fortunés restés derrière, les veaux et les penseurs qui se borneront à imaginer que la France est toujours le pays des lumières et un modèle économique glorieux dans le monde, restera l’illusion que Paris sera toujours Paris.

    A n’en pas douter…

    @ Older: Quel pays ? Mais le Panama Older, le Panama ! Petite république d’Amérique Centrale, véritable paradis fiscal, capable de monnayer papier et passeport pour une poignée de $.

    « Sinon, Cahuzac quel pd ! »

    Avec ça, tu tiens du rap de grosses couilles certifié platine à la SACEM. Fonce garçon ! La scène du Zénith n’attend plus que toi !

    @ RP: Exact. C’était plus une recherche sur nos amis des SA et fins admirateurs d’Ernst Rohm que l’ambition de trouver un site qui te fournirait la recette miracle.

    A parcourir l’endroit, clair que c’est pas avec Bientôt-riche qu’on fera de l’oseille. En attendant les conseils de dim sum, je préfère encore suivre ceux de Marc Faber.

    Autrement, Cvstos, Richard Mille… T’aime les marques récentes à complications et matériaux bling-bling toi ! De mon côté, on mise plutôt sur de l’intemporel et un investissement « valable » mais discret. Du genre Patrimony 1955 de Vacheron & Constantin.

    En attendant, dans ma ligne de mire: IWC Vintage Portofino Hand Wound. Ou relativement plus abordable: Une Nomos Zurich.

    On fait avec les moyens qu’on a hein !

    @ lolo: Zakat républicaine.

    Voilà, c’est la bonne formule !

    En plus Jérôme a une bonne tête de dhimmi. Non, vous trouvez pas ?

    D’ici là qu’il lui vienne pas l’idée d’instaurer un impôt en faveur du hadj…

    Alors la taille de la cravate, la longueur du pantalon, quelle importance !

    D’ici là, on sera tous en djellaba les mecs !

    @ Sakana: Je savais qu’en bon patriote, ce clip te parlerait.

    Saura-tu deviner qui est derrière cette excellente rime ?

    « La France a l’air à la ramasse. Mais observez-la de près. Elle a les jambes écartées. Elle attend qu’on la baise : ça fait trop longtemps que personne ne l’a honorée ! »

    Al ? Casey ? Non.

    Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin

    Certifié 100 % rap de qualité.

    Et tu sais ce qui donne le petit plus « street credibility » ?

    La particule mec. La particule. Et aussi le prénom Marie.

    @ Olrik: Clair qu’à voir les pourceaux actuels, le cardinal en ferait une jaunisse.

    En même temps, pas sûr que ressusciter Mazarin pour botter des culs soit de grande nécessité. Tu te rappelles pas ? On a interdit la fessée.

    Y’a plus qu’attendre que la réalité se manifeste. Ou que la finance s’en charge.

    Au pays éternel de Louis Fréron, rien n’est moins sûr.

    Clarence, bankster

  7. Oh, toi tu dois être fatigué de ta journée. Quand je parlais de l’ « autre cardinal », je pensais bien sûr à l’homme qui a écrit :

    « Si Dieu défendait de boire, aurait-il fait ce vin si bon ? »

    Armand Jean du Plessis quoi (il aurait fait un malheur à la buvette) !
    Mazarin à côté, c’est de Funès.

    Olrik, cap de Diou !

    • Ah ! Autant pour moi.

      En même temps, quand on évoque le vin de messe (ou la fesse, je sais plus trop), et le rouge cardinal, j’ai tendance à ne penser qu’aux Borgia…

      Mais j’ai l’esprit mal luné question cul-te et déférence papale.

      En tout cas, clair que pour les mêmes deniers, Richelieu aurait fait un bien meilleur gestionnaire que Juda-François Coppé.

      Clarence, rabbin d’opérette

  8. Paris sera toujours Paris… Thanks pour le lien, j’ai beaucoup ri (jaune).
    Prophétique cette petite vidéo comédie en tout cas. Il faudra que je pense me rendre dans le 20ème lors de mon prochain passage à Lutèce, histoire de voir ce qu’il en est en 2010…

  9. Quand je lis ce post, je ne peux m’empêcher de penser à notre dernière rencontre lors de l’apéro musical fort sympathique ! L’occasion de se rendre compte que la théorie développée ne semble pas débile surtout avec tous les exemples qui s’y rattachent ! Et je crois que les Inconnus avaient été précurseurs du principe avec les « Rappetou » ! Classique et visionnaire quand on y réfléchi avec du recul ! Et pour finir, concernant Paris tu as aussi ceci :

    Bdiddy, Drama King

  10. Passer chez toi et lire ton analyse des situations est un vrai plaisir d’autant que l’actualité est riche en ce moment.
    Merci de continuer à publier de temps en temps.

    rien à voir t’ouvre quand un compte twitter que j’ai de tes nouvelle ?

  11. Ben moi je reste. J’ai beau avoir beaucoup d’attirance pour l’Asie en général et le Japon en particulier, je n’ai pas envie de m’y installer (et si mon voyage au Pays du Soleil Levant m’a appris quelque chose, c’est bien cela). La culture est trop différente, j’ai facilement le mal du pays, je ne me sens pas à l’aise et ai toujours peur de commettre un impair. Et c’est pareil pour toutes les autres régions du monde, en fait. J’aime mon pays. Je dois être con.

    Je pourrais aussi m’intégrer à une communauté française vivant en vase clos dans un pays étranger, mais ce jeu de chaises musicales à l’échelle globale ne me plaît pas. D’une je ne veux pas faire ce que je reproche à certains qui s’installent chez moi, et puis Franceville au milieu de la jungle péruvienne, c’est pas la France.

    Après le problème c’est qu’on se sent de moins en moins en France sur place. Mais je persisterai à faire vivre, au moins en moi, chez moi, un petit bout de tradition, et tant pis si je passe pour un vieux con, et tant pis si je passe pour un facho, et tant pis si j’en crève parce que les parangons du vivrensemble auront décidé de lyncher tout ce qui rappelle un peu trop un héritage abject dignes des heures les plus sombres de notre histoire (comme François Villon, la soupe de poireaux, la galanterie ou le Notre Père). Je saurai les recevoir. Bring’em on!

    Quant à faire du pognon, franchement, j’en ai rien à battre, c’est pas mon but dans la vie. Je vis déjà de peu, sans me forcer, par nature, et travailler pour de l’argent j’ai toujours trouvé ça mesquin. Je ne suis pas carriériste et je n’ai pas d’ambition socio-professionnelle, seulement intellectuelle et spirituelle.
    La débâcle économique qui s’annonce on l’a bien méritée, même si malheureusement ceux qui vont prendre les coups ne sont pas les responsables. Et puis ce qui fait mal aussi c’est que tout le reste va plonger avec. Mais bon « quand on est dans la merde jusqu’au cou, il ne nous reste qu’à chanter » (Beckett). Phrase qu’aucun coq ne reniera.

    Cela dit, je ne crois pas que tout soit perdu, même si on ne va pas rigoler souvent dans les années qui viennent (encore que, je suis bon public ^^)

    Tiens d’ailleurs on dirait que ça bouge en Allemagne. «Le MultiKulti a échoué, totalement échoué (…) Les immigrants doivent s’intégrer et adopter la culture et les valeurs allemandes. Nous nous sentons liés aux valeurs chrétiennes. Celui qui n’accepte pas cela n’a pas sa place ici. Subventionner les immigrants ne suffit pas, l’Allemagne est en droit d’avoir des exigences envers eux, par exemple qu’ils maîtrisent l’allemand et qu’il n’y ait plus de mariages forcés. » Et c’est Merkel qui dit ça, pas un obscur caporal néo-nazi. Après faut voir s’il ne s’agit pas que de belles paroles histoire de ratisser des voix avant une élection cruciale en Allemagne. J’ai des doutes.

  12. Je tiens à préciser que je ne suis absolument pas fermé au monde mais je considère que pour vraiment apprécier d’autres cultures il faut d’abord maîtriser la sienne propre.

    Par ailleurs, la phrase « Travailler pour de l’argent, je trouve ça mesquin », peut porter à confusion. Je travaille, oui, mais selon mes stricts besoins. Je ne vois pas l’intérêt de travailler plus, je préfère le temps à l’argent. Je refuse également de toucher des allocations dont je n’aurais pas expressément besoin. À titre d’exemple : travaillant à mi-temps, j’ai théoriquement droit à un chômage complémentaire que j’ai refusé de toucher car je trouve malhonnête et hypocrite de faire payer mon choix de vie et mon rythme de travail à d’autres contribuables aux projets professionnels plus conformes. Par contre si je trouve un métier qui me passionne, cela ne me dérangera pas de travailler plus.

    Désolé pour le double post.

  13. @ Bdiddy: La passion de Charly est passé par là. Tiens, regarde par là, nos amis ont paraphrasé la France de l’éducation nationale (et du reste) avec 20 ans d’avance. Comme quoi…

    @u Tokyoite: C’est pas le 20ème, mais tu peux toujours te faire une idée marrante du bien vivre communautaire qui règne au nord de paname: Clarence was there.

    @ Millie: Twitter ? Honnêtement, très peu pour moi. Déjà que j’ai du mal à alimenter Facebook et mon propre blog (sans compter DC), je me vois pas vraiment délivrer des brèves dont la pertinence confine au vide.

    Et pour tout dire, à l’heure actuelle, j’aurai même des envies de fuir l’indigence virtuelle pour investir plus longuement le champ du réel.

    Mais je te fais la bise. C’est toujours mieux qu’un tweet non ??! 😉

    @ Greg: Merci camarade !

    @ Tranxenne: Pas de souci pour le double post, t’es pas sur un forum ! 😉

    Malgré les difficultés et la situation sociale complexe (et tendue) dans ce pays, ou les perspectives effrayantes qui ne manqueront pas de prêter à débat, je comprend parfaitement qu’on ne cherche pas forcément à émigrer ou se déraciner dans un esprit de fuite.

    D’abord pour une question d’envie(s) et de possibilités (une émigration implique énormément d’aspects – voir plus loin), peut être parce qu’on souffre moins de ce contexte pour des raisons sociales, professionnelles, ou simplement parce qu’on se sent intimement lié avec un pays pour des questions de « valeurs », sans parler d’y être né, y avoir grandi, d’y avoir des attaches familiales, sociales, sentimentales, culturelles, religieuses, patriotiques, patrimoniales, etc, etc. Des constantes largement bousculées et chahutés, quand elles ne sont pas taboues aujourd’hui. L’identité nationale de nos jours, Bourvil lui-même saurait pas l’exprimer…

    Et puis au delà de la réflexion, une émigration s’entend aussi sur une question de moyens. Des moyens autant intellectuels que matériels, qui demandent de la part de l’émigrant une prise importante de « risques », dans une logique de contraintes diverses parfois délicates à gérer (environnement linguistique, professionnel, social, administratif – visas et autres joyeusetés de statuts, etc etc). Une prise de risque que la majeure partie des français n’est pas prêt à prendre, alors qu’ils sont en train de devenir les victimes manifestes de leur propre société.

    Une prise de risque que les africains n’ont eux, aucun de mal à prendre, considérant n’avoir rien à perdre mais tout à gagner. Une logique qui portera bientôt ses fruits, et que personne ne peut sincèrement blâmer (et tant pis s’ils font avec les moyens du bord: càd leur bite et leur couteau). Et puis le malheur des uns fait le bonheur des autres.

    Alors faire le coq et chanter le corps plongé dans la merde, pendant qu’on dilapide l’héritage, transférant ses richesses à-qui-mieux-mieux sous le regard protecteur/inquisiteur de Bercy, de la Halde et les autres, très peu pour moi. J’aime pas trop qu’on me prenne pour un con, et qu’on me prive de certaines libertés qu’on accordera à d’autres (cf l’article). Et faire la victime, geindre au café, ou encore me convertir, c’est pas trop mon kiff.

    Tu comprendras j’espère.

    Et puis je n’ai pas le temps d’attendre que les français reviennent à un peu plus de bon sens et se réveillent de leur connerie généralisée façon Teutonne. Pas quand ta femme est japonaise et qu’elle est au courant du bluff local en t’annonçant après une visite à la CAF:

    « Ton pays est foutu. »

    Alors revenir de temps à autre pour manger une blanquette (qu’on espèrera pas halal), humer l’air de la contestation et des emmerdes, emmener mon gosse au parc des princes (mauvaise idée, Leproux est toujours là), profiter des soldes au Bon Marché, ou sur celui de l’immobilier, OK.

    Et encore, on fait de meilleures affaires à Hong Kong ou Bangkok, l’immobilier flambe en Chine, et je peux te certifier que la blanquette est meilleure à Tokyo. Manque juste les Hools.

    Pour tout le reste, il y a MasterCard.

    Et la vie qui va avec.

    Tout ça pour dire que l’émigration (et les façons de la vivre – qu’on soit fan de la communauté replié sur elle-même façon expat, ou de l’intégration relative avec l’autochtone curieux) est une question essentiellement personnelle qui dépend d’un grand nombre de critères.

    Mais pour autant, je crois sincèrement que dans le contexte mondialisé actuel, cela reste une réponse à envisager au regard de la situation française et des opportunités existant ailleurs.

    Moi, je n’ai rien à perdre, et tout à y gagner.

    Clarence, en vrai il est africain

    PS: « Je tiens à préciser que je ne suis absolument pas fermé au monde mais je considère que pour vraiment apprécier d’autres cultures il faut d’abord maîtriser la sienne propre. »

    Te voilà prêt à tenter l’expérience, alors au diable les scrupules, et les valeurs désuètes: Profite de tes allocs, et fais comme RP: TENTE TA CHANCE!

    Car l’herbe peut clairement être plus verte (et grasse) ailleurs.

    Malheureusement pour les candidats au voyage, eux, ils ont pigé que la richesse, ça se partageait pas. Mais ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ?

  14. Putain Clarence, dans ta réponse à Tranxenne, tu fous les boules. Mais j’ai compris que tu te foutais de notre gueule en arrivant sur le « fais comme RP » !

    T’es impayable !…

  15. Me faut ici confesser ma faute…

    Avant de lire ce post, je ne connaissais pas cet homme de/du Bien qu’est Jérôme Cahuzac… Un vrai politique et pas du tout démago…

    Moi qui ai fait mienne la maxime d’Axelle Red (« Je cherche, mais je ne trouve pas un pays qui me va »), je me dis que si, en 2012, Jérôme et consorts passent la ligne les premiers, je suis pas dans la merde avec mes envies d’ailleurs…

    Restera plus qu’à aller se pinter la gueule à la buvette et mater des films frippons avec Olrik-san…

    « Pas quand ta femme est japonaise et qu’elle est au courant du bluff local en t’annonçant après une visite à la CAF:

    « Ton pays est foutu. »

    Ça, ça me rappelle notre journée parisienne, c’est l’anecdote que je place à tout mon entourage…

    (Une faute dans ton commentaire, Parc des Princes, quoi… C’est pas le vélodrome… )

  16. oui une bise c’est bien Clarence, même dans tes comms tu me fais peur … et ta femme aussi « Ton pays est foutu ».

  17. @ Millie: Que veux-tu Millie… Le charme d’Amélie est éventé, et ma femme lui préfère SEUL CONTRE TOUS (question de réalisme). Alors voilà, comme disent les ivoiriens: « A chacun son français, c’est gâté ».

    Bisous quand même ! 😉

    @ A.rnaud: Jérôme, c’est de la gnognotte (pour paraphraser de grands penseurs). A part la démagogie et l’invention d’autres consolations économiques (une locution un peu plus poétique que « taxes »), il ne restera au final que des français de France à tondre, une bien maigre consolation pour nos braves hommes politiques. Mais bon, 60 millions d’otages, c’est toujours ça de pris.

    Et c’est bien parc des princes. Parce qu’avec une équipe de charlots et une présidence d’abrutis, le parc est bien loin de retrouver sa majuscule…

    @ lolo: Je sais que j’ai l’humour douteux, mais pas à ce point là. Principalement parce que je respecte RP sur un point dans cette histoire d’expatriation kamikaze: lui, au contraire de la grande majorité, aura tenté de changer sa condition et ce, peu importe les moyens. Bon, avec une pression digne d’un soldat russe à Stalingrad, coincé entre l’enclume du NKVD et le marteau de la mitraille de la Wehrmacht (je caricature grassement & poétiquement), mais je suis bon public: j’applaudis sincèrement la tentative.

    Et puis parce qu’il n’a sûrement pas envie de moisir dans un pays qui n’a rien à lui offrir, tu peux être certain qu’il se donnera les moyens de ses ambitions pour parvenir à ses fins. Alors on peut se foutre de sa gueule parce qu’il s’est planté (attitude typiquement française), mais au moins, il peut se regarder dans un miroir et être un minimum fier.

    Après, chacun son challenge (et celui de RP me semble par trop tendu du slip par les temps qui courent, surtout s’il vise toujours à posséder une Richard Mille – mais après tout, j’ai rien contre l’ambition façon Mission Impossible) mais pour le reste, je dis: RESPECT.

    @ Tranxenne: « Les conseils sont d’autant plus appréciés ».

    J’aimerai bien, mais honnêtement, là comme ça, je ne peux malheureusement pas vraiment t’aider.

    De toutes façons, et on te l’a suffisamment répété sur les forums divers, j’imagine bien que tu sais que le Japon, c’est pas l’Eldorado. D’abord pour une question pratique de visa (et pour le coup assez « drastique »), ensuite parce qu’au niveau du marché du travail – morose en ces temps de crise, la préférence nationale est loin d’être une formule réservé aux seuls discours de J-M Le Pen, et quand bien même, dans cette économie libéralisée, les conditions risquent bien d’être furieusement indécentes pour un français habitué à la tendresse étatique et le confort de la débrouille.

    Et parler de moi ne t’apportera rien. J’ai un profil totalement atypique, pas tant au niveau du statut marital (Français marié à une japonaise – une banalité offerte à tous), mais plutôt au niveau de mon parcours, qui m’offre aujourd’hui une situation de choix.

    Mais bon, dis-toi que ça s’est pas fait sans sacrifices, sans parler d’une myriades de coups donnés et reçus (mais la bagarre et le conflit, moi j’aime ça). Dieu merci, avec ça vient l’expérience.

    Alors juste un conseil: Le doute c’est bien, si ça te permet de murir ta réflexion et d’affiner tes besoins et tes envies, selon tes capacités propres. Mais il faut que cela débouche sur des certitudes qui motiveront ton départ, autrement, tu risques bien de t’enliser dans un consensus mou et vaseux propre à couper toutes tes velléités à partir. Après, comme dirait l’autre: vouloir c’est pouvoir. A toi de te donner les moyens de tes ambitions.

    Pour le reste, le monde est vaste, et si la sphère asiatique sera indéniablement l’une des plus riches à l’avenir (et imparablement l’une des plus difficiles d’accès), d’autres pays comme le Brésil, la Russie, le Canada, voir des places plus « exotiques » sauront tirer leur épingle du jeu et offrir des opportunités à tous les aventuriers/conquistadors des temps modernes.

    Voilà, c’était mon moment Pasukaru.

    Clarence, conseiller Pôle Emploi

  18. J’ai pris ma décision. Je pars pour pour un an d’étude linguistique à Shanghaï, soit après un premier voyage « d’exploration » de 3 semaines en mai, soit directement pour un an à partir de ce même mois de mai, avec l’intention évidente de rester en Chine ensuite.
    Je suis déjà en plein apprentissage du mandarin (5 à 6 heures par jour depuis 10 jours, j’espère réussir à garder ce rythme. En tout cas j’aime beaucoup). D’ailleurs plus j’avance plus je pense que je vais partir directement pour un an. J’ai déjà perdu trop de temps à tergiverser.

    J’ai reçu beaucoup d’encouragements (famille, amis) mais je tenais à te remercier personnellement pour tes conseils.

    再接再厉 ! (zài jiē zài lì, une sorte de ganbarimasu! chinois ^^)

  19. Ni Hao Tranxenne (ouais, moi je fais 20 minutes de chinois par jour… heu… je regarde Kai-Lan, en fait…)

    Je te prodigue également mes encouragements s’ils peuvent avoir une quelconque valeur. C’est de toutes façon une expérience enrichissante à laquelle tu me sembles prêt (encore que je t’imaginais plutôt tenter l’aventure au Kim-Jong-Il-sthan, histoire de nous régaler de chroniques sur le « Suryong incroyable » !…). A suivre ?…

    Alors on peut se foutre de sa gueule parce qu’il s’est planté (attitude typiquement française) […]

    Bein, Clarence, tu vois, là pour Tranxenne, l’éventualité « plantage » je ne l’envisage pas trop. Et quand bien même, je ne pense pas que ça m’amènerait à me foutre de sa gueule.

    Alors que pour RP…

    Certainement encore une typicité française que de préférer les démarches authentiques et humbles à celles ostentatoires et vaniteuses…

  20. Tranxenne, toutes mes félicitations. C’est le premier pas qui est le plus dur à franchir. Après, c’est juste une question de niaque et de volonté.
    Faudra pas abandonner ton blog hein! Je viens de découvrir et ça me fait bien rigoler.

    再接再厉 ! (que les sinophones mettent à la forme impérative ;))

  21. @ Tranx’: Comme mes co-religionnaires, je te dis Bravo ! Tu as tout à gagner dans une expérience pareille, et un environnement aussi intéressant que complexe (la Chine, Shanghaï). Arme-toi de courage et de volonté, et n’hésite pas à enrichir, voir développer ton background scolaire si l’occasion t’est donné. C’est toujours ça de pris !

    Du coup, compte sur moi pour venir te claquer la bise d’ici là et te payer le coup, alors BOSSE et montre l’exemple !

    French pride boy !

    @ lolo: « Certainement encore une typicité française que de préférer les démarches authentiques et humbles à celles ostentatoires et vaniteuses… »

    Ah non lolo !

    C’est certainement une typicité provinciale, mais aucunement une typicité parisienne. Nuance… :p

    @u Tokyoite: Oh ! Au lieu de fréquenter des kyaba tout plein de prostituées vicieuses et dépravées (et du coup rebaptisés « lounge » par les experts en néologisme), va me re-linker comme il se doit sur ton blog. C’est tout plein de http incorrect !

    Sagouin !

    Clarence, à cheval sur les étiquettes

  22. Ouais, tu segmentes comme ça t’arrange et quand ça t’arrange. Tu généralises lorsqu’il s’agit de déverser le lisier de tes observations obscènes, tu spécialises dès qu’il y a des pistes de rédemption. Comment est-il possible que je sois tant attaché à toi, alors que ma raison me commande de te fuir ?

    On rajoute « mauvaise foi » et « amour aveugle » à la liste des particularités françaises ?

  23. P’tain, respect Tranxenne. Y’a 2 jours j’hésitais à écrire que j’étais un peu dans le même cas, partir ou pas, que je n’ai pas grand chose à perdre (un taf et un boss sympa, mais une existence de merde).
    2 jours plus tard donc, on n’est plus dans le même cas puisque je tergiverse, tergiverse, et tergiverse encore, et pourtant pour un infographiste y’a peut-être moyen de moyenner (au Canada notamment), ou encore d’utiliser le WH avant mes 30 piges.
    Mais pour l’instant, moi et le premier pas dans l’inconnu, ça fait deux.

    Mais pour agrémenter ce poste couilles molles, vous connaissez Dohatsuten ?
    Je ne sais pas comment ça sonne aux oreilles des japonisants, mais ça semble adapté pour se mettre la patate le matin :


  24. @Falk > tout ce que je peux te dire c’est que ça va beaucoup mieux depuis que j’ai pris une décision. Et que je deviens pressé. Pressé d’apprendre. Pressé de partir. Et que je me suis rendu compte que je n’avais effectivement rien à perdre. LIFE IS COOL, BUDDY.

    @lolo > c’est vrai que ça fait longtemps que j’ai pas fait de tranche de vie à Pyong Yang. Faudrait que je m’y remette avant qu’il ne crève ce bâtard de Kim 😉

  25. J’ai lu l’article il y a quelque temps déjà et Jérôme Cahuzac, ZEP,… que de découverte dans ton article Clarence. Mais je retiens surtout le Diable Rouge, qui a l’air d’être une pièce vraiment intéressante. Encore une fois je me disais qu’il serait bon de partir voir ce qu’il y a ailleurs.
    Et là que vois-je dans les commentaires, le bon Tranx qui s’en va!
    Je ne savais pas où poster alors je vais le faire ici : félicitation Tranx! Je suis de tout cœur avec toi!
    Petite question au passage, ton apprentissage du chinois, tu le fait par quelle voix? Autodidacte? Professeur particulier?
    En tout cas tu as de la chance d’être soutenu par ta famille (quand je vois que mes parents veulent m’enfoncer à longueur de temps et m’empêchent même d’aller à Paris pour aller voir un simple concert [cf voir la rencontre IRL d’il y a 4 mois…] ).
    Mais avoue le, tu y vas surtout pour retrouver Junjun!

    Désolé du HS Clarence mais j’ai pas pu m’en empêcher.

  26. Ouais en auto-didacte. Y a assez de matière sur le net pour ça, et je prends soin de diversifier les sources et les outils. Cours en ligne, films en vo sous-titrée (anglais, pinyin, mandarin) musique (de P.K. 14 à S.H.E en passant par Dou Wei…), blogs chinois, vidéos youtube d’émissions télé chinoise, bref je pioche à droite à gauche pour briser la monotonie du cours académique et ne pas risquer la saturation. J’approfondis aussi en parallèle ma connaissance de la culture chinoise : histoire, littérature, cuisine, bonne manières… Tout ça n’étant que préparation, défrichage de terrain avant les vrais cours sur place (même si j’espère arriver à me faire comprendre en phrases simples – et aussi à comprendre des phrases simples ! – dès mon arrivée en mai).

    « Mais avoue le, tu y vas surtout pour retrouver Junjun! »

    Ahahah ! Chuuuut ! Faut pas le dire ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s