Art of living

34°1 le matin

Terre et ciel

Gruissan dans l’Aude

Il fait chaud.

D’une chaleur harassante, ruisselante, étouffante.

J’avais pourtant pris l’habitude de prendre la fuite vers l’Europe, à l’approche de cette moiteur que je considérais insupportable. Noyant généralement mes costumes, mes chemises, mes cravates d’une sueur que je tolérais à grand peine, recherchant régulièrement le confort de la climatisation.

Mais dieu sait pourquoi, je m’y suis fais. Peut être parce que j’ai laissé tomber la chemise/cravate pour un polo et un short ? A moins que ce ne soit les kakigori. Ou la classe de claquettes Doraemon sur le sable brûlant ?

Ou les inévitables bières plongées dans un bac de glace.

Les BBQ sur la plage.

Les izakayas à batons rompus.

Mais moi, je crois surtout que c’est la bouée…

Les blancs ne savent pas nager

Asahi Beer Garden

Dans la cuisine où vrombit le ventilateur, à la recherche de thé glacé, je croise le grand père, l’oeil sur le Yomiuri. Une Kent rougeoyante entre les doigts. Une Asahi et des edamame dans une assiette.

Il se saisit de l’occasion pour m’inviter à boire quelque chose, évoquer l’Europe, le dernier stress test des banques, l’économie, signe qu’il « suit » la situation malgré son âge (83 ans). Il veut surtout partager un moment de tranquillité avec quelqu’un, bière en main, avant de reprendre son jardinage sous le cagnard.


Ça tombe bien. Le deuxième tome de « Yapou, bétail humain », le roman Femdom de Shōzō Numa me tombe des mains. Je prend une bière.

Sans ambiguïté sur ses rapports avec l’occident (Ojisan a vu la guerre, et deux de ses frères y laisser leurs vies), il ne se fait pourtant guère prier pour allumer l’actuel premier ministre, incapable comme le furent ses prédécesseurs à guider un Japon qu’il croit toujours aller vers le pire. Sans que je puisse lui donner tort.

Puis je le vois sourire. C’est à propos de mon japonais. Il ne se lasse plus de faire des compliments sur mes progrès.

Il est sincère, et je sens une pointe de fierté.

Je souris à mon tour, et je remercie, minorant mes soit disantes qualités linguistiques.

Divine

Pop corn movies

Le soir venu, après une énième journée de vagabondages finie au Tsutaya, nous nous endormirons sans climatisation, l’un sur l’autre, après une séance de cinéma garantie 100 % pop corn, garigari-kun et sodas, entre Pink Flamingos de John Waters et Robogeisha, de Noboru Iguchi.

Une journée comme tant d’autres finalement.

Dehors, il fait toujours aussi chaud.

Jean-François Maurice – 28° à l’ombre

Publicités

14 réflexions sur “34°1 le matin

  1. On n’est pas loin de 37°2 le matin… Rassures toi avec le réchauffement climatique, ça risque d’être aussi bientôt que dans Total Recall ! J’espère que là bas aussi la biafine existe… Vous ne semblez perdre aucune miette de l’actualité ! Ca va alimenter les débats à ton retour 😉

    Bdiddy, Roulette Russe

  2. Ahah, ce que je comprends. Ma chambre est la seule pièce de l’appart sans la clim. Qu’ai-je été malin de préférer l’espace au confort d’une clim. Au reveil, j’ai l’impression d’avoir dormi sous la douche. C’est génial comme sensation de propreté 😀

    Entre les -12 l’hiver et les 54 l’été, on ne m’y reprendra pas. Heureusement, je déménage bientôt.

  3. Ne cherche pas, c’est les tongs Doraemon, rien de plus classieux en ce monde, à mon sens (hors les cris de rage de Blaze Fielding)…

    En cette période de chaleur (encore que de par chez moi cela aille), rien ne vaut de boire frais en suivant les conseils cinématographiques d’Olrik…le tout sur fond de polémiques entre RIM et les pays du Golfe (en attendant le Torch 9800)…

  4. @ Bdiddy: Oh, y’a bien des pointes à 38/39° dans les parages. J’ai méchamment dégusté y’a pas quelques heures…

    Du coup, merci de parler de biafine !

    Pour le reste des miettes de l’actualité, je suis loin de rester coupé du monde. J’évoquerai ça prochainement, avant le retour au bercail parisien.

    @ Alex: En même temps, on peut pas leur en vouloir. Y compris au niveau des matériaux de construction. Mais ça s’améliore succinctement de ce côté-ci. Patience, en attendant de bouger de location !

    @ A.rnaud: Non mais en fait, les tongs, ils sont resté en vitrine. J’aurai jamais fait l’affront de les mettre. Trop « bling-bling » pour moi.

    RIM devrait aussi s’intéresser à s’étoffer du côté de l’archipel. Ils sont présents, mais un brin trop coupé du reste du monde question réseaux…

    Autrement, on t’attend comme le lait sur le feu question… musique. Ready ?

    @ Rob Pat: Eh eh. Je fais comme si. Mais rien qu’à l’oral hein. A l’écrit, sincèrement, je suis une bite.

    Eh eh.

    Sinon, moi aussi, tu sais combien j’aime (où plutôt on ?) te lire. Alors bordel, c’est quand qu’on aura droit à un billet sur la pornosociologie digne de RP ????

    Clarence, meneur de revue

  5. Ahah, je ne peux que te comprendre, moi qui suis a Bangkok, par 38-42 degrés (au bas mot) putain, c’est horrible…
    Remarque si tu descends a Bangkok un jour, j’ai un bon hôtel pour toi mon poulet 🙂

    Eyfiss, farang.

  6. Ouais enfin commencer par du mastique à la con autour des fenêtres, au lieu de les fixer à même le mur, ca serait pas du luxe.

  7. Sympa cette courte évocation d’un moment privilégié avec l’aïeul. La sagesse imperturbable, contre gouvernements éphémères et chaleur record…
    Joli.

  8. Si Ojiisan le dit, c’est que ton nippon doit être de bon niveau… Les vieux, quoi qu’ils en disent ils ont toujours raison.

    Enfin je dirais profite bien, même si j’avoue que la chaleur au pays des tanukis est vraiment pas trop supportable en cette période d’année… Paris est pluvieuse, on se sent vaseux !

  9. Pardon ? Aahhh ! Le niveau de japonais de Clarence !! Et bien, il demande un café on lui apporte du rhum ! … Bon il faut savoir que cela s’est passé dans le restaurant du post précédent, où les serveurs écoutent leur Ipod pendant le service.

    Roban, p’tite pute de service !

  10. Sorry pour le délai. Je trouvais plus mon identifiant (excuse à deux balles pour éviter de vous dire que je picolais sans cesse, entre obon, matsuri et hana-bi).

    @ Eyfiss: Vu pour l’hôtel. J’irai y faire un tour. Après canicule.

    @ Alex: Toujours prévu ce déménagement ?

    @ Olrik: Merci mon cher. Un jour, je m’essaierai tout de même à plagier San Antonio.

    @ Robin: Je prend des leçons intensives en ce moment. Tu verras, tu risques d’être proprement estomaqué par mes progrès.

    Vieux sagouin !

    @ Older: Bizarrement, oui. Je commence de plus en plus à apprécier l’été ici. C’est fou hein ?

    Quoi qu’il y ait pire, je commence à aimer le poulpe !!!! O_o

    @ N7: Eh eh. Demain, j’offre des cours pour sommelier. En plus de ceux d’économie pour le 3ème âge.

    Clarence, VRP multi-cartes

  11. Alors, une fois pour toute, voici tes identifiants :

    Login : clarenceboddicker
    Mot de passe : ●●●●●●●

    Un moyen mnémotechnique pour ton mot de passe :
    C’est ●● puis ●●● et une fois encore ●●. Quand même pas compliqué…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s