Clarence une légende est née

Ma 6T va crach-er !

Une enquête journalistique

à la déontologie douteuse

par

Clarence De la Boddickerdière.

Et à la démarche intégralement soutenu par DEBITO !

Les « 4000 »

Assistant trop régulièrement au naufrage du journalisme d’investigation (et du journalisme tout court), coincé entre le traitement médiatique hasardeux d’un Harry Roselmack, et les désillusions économiques d’une presse écrite mise à genoux par les gratuits, je décidais, tel un reporter de guerre en plein Liban, de tenter moi aussi l’expérience freelance, en espérant, si ce n’est une future carte de presse à Libé, au moins le prix Albert Londres ! Oui, rien que ça !

Aussi, alerté par les remarques pleines de sagacité d’un internaute sur l’existence au Japon de cités HLM où la violence des bandes de délinquants feraient passer Rio de Janeiro et La Courneuve pour d’attrayantes promenades de santé, je sautais immédiatement sur l’occasion, tel Tony Comiti accompagné par le sémillant Bernard de la Villardière !

« En route pour l’aventure ! »

Cherchant à localiser ces sombres ruelles si fantasmatiques dans un archipel réputé si « propre », je demandais nonchalamment à un Koban, s’il existait un office HLM capable de répondre à mes requêtes, ou à défaut, de m’indiquer le foyer SONACOTRA le plus proche, arguant que là où il y avait des étrangers, il y aurait forcément des emmerdements.

« Eeeeeeee ??? Nani ???? »

Devant la mine hébété de mon interlocuteur, manifestement incapable de comprendre un seul mot d’anglais, je décidais de me montrer plus prosaïque, agitant un billet de 10000 Y, comprenant que la police, notoirement corrompue, pouvait exiger contre renseignements, un petit quelquechose en nature.

Le refus fut polis, mais méprisant. Et voilà que mon flic ne se ménageait plus pour vouloir me virer du minuscule commissariat.

J’avais manifestement fauté par méconnaissance, la police, probablement caillassée à chaque passage dans ces cités de la honte, m’interdirait assurément toute enquête, sûrement sur décision venu d’en haut. Voilà qui était logique !

Mais je n’avais pas dit mon dernier mot !

Croissant-Café-Coca

Quelque chose me disait qu’en « planquant » à la sortie d’un kyaba/karaoke, réputé pour faire travailler illégalement de la main d’oeuvre philippine, je trouverai des réponses plus probantes que celle du préposé à la sieste. Armé de ma patience légendaire, et approvisionné comme il se doit pour passer inaperçu aux yeux des autochtones, je guettais alors la moindre opportunité…

Et puis devant l’attente, las, je décidais de prendre les choses en main, en allant moi même à l’intérieur de ce sulfureux endroit, histoire de jouer les touristes, et poser mes questions de manière ingénue, avec la ferme intention d’obtenir des résultats probants, grâce à un indéniable sens stratégique de génie.

L’une des hôtesses, accoudé au comptoir, vulgairement affreuse mais souriante, me fit un signe positif de la tête. Je compris qu’il était l’heure d’engager la conversation.

Au hasard d’un « il fait beau n’est ce pas » d’une grande politesse, je décidais d’engager les hostilités, en lui offrant à boire et à manger. Car je me doutais bien que n’ayant rien dans le ventre, la pauvresse, obligée de tapiner sous la contrainte dans ce karaoke sordide pour arrondir ses fins de mois, ne résisterait pas bien longtemps au feu de mes questions une fois le ventre rempli. Car c’est bien connu: « Ventre affamé n’a pas d’oreilles ! »

Au dit karaoke…

Histoire de faire bonne figure, et d’assouplir ma relation avec mon interlocutrice, je me pliais donc de bonne grâce à ses nombreuses demandes, assez capricieuses du reste, commandant entres autres du Dom Pérignon Rosé, et des nouilles au porc sauté.

« C’est mon anniversaire aujourd’hui ! » me confia-t-elle.

Ma maman m’ayant appris à être toujours serviable avec ces dames, voilà que je commandais un gâteau en plus d’une nouvelle bouteille de whisky Suntory (oui, elle avait encore soif).

« A De Gaulle ! »

Lançais-je, un peu grisé.

Et puis le sake aidant, je dus même m’essayer à chanter. Une chose que je pratique avec plus ou moins d’aisance.

Mais tous furent surpris de voir ainsi le répertoire de Nezumi Sempai défiler avec une aisance rare.

Le patron tenu même à me serrer la main, après avoir entonné le mythique « popopopopopo » de l’amitié.

« popopopopopo »

Malheureusement pour mon enquête, je me suis réveillé sur un trottoir, en pleine matinée, sans portefeuille et une horrible gueule de bois en sus…

On m’avait fait marron, et je me maudissais d’avoir été si naïf avec le patron, qui tenait tant à connaitre mon code de carte bancaire…

« C’est pour mieux faire marcher la machine ! Vous savez, ces trucs chinois, on a toujours du mal ! »

Mais pire que tout, j’étais perdu, dieu sait où.

Seulement dans mon malheur, la providence m’offrit enfin de trouver ces fameuses cités HLM, tant décriées dans les forums francophones ! Je pleurais presque de joie !

9-3 tu peux pas test !

Heureux mais méfiant, je décidais de faire le tour de ces quartiers décrépis, baignant déjà dans une étouffante chaleur, et d’où s’échappaient ici et là, entre deux jingles d’émissions pour ménagères, les plaintes et râles des malheureux habitants, parqués comme des animaux dans ces auges de béton que même un africain en zone de rétention aurait légitiment pu boycotter !

Josiane Balasko s’en serait alors publiquement émue !

Voici le témoignage véritablement édifiant qui devrait une nouvelle fois désavouer tous ces architectes démiurges, en passe desquels Le Corbusier fait figure de modèle !

Il est temps de jeter l’opprobre sur Le Corbusier !

Alors que je réalisais combien Scampia à Naples, les Tarterêts à Corbeil-Essonnes, Compton à L.A. ou les favelas de Rio ou Sao Paulo étaient fabuleuses et joyeuses dans leur anarchie populaire, entre apologie du « bien-vivre ensemble » et débrouillardise inoffensive, je remarquais qu’ici, tout respirait la mort. Une odeur de danger planait ici. Et malgré toutes mes précautions vestimentaires pour passer inaperçu (voyez plus haut), je sentais l’ombre de regards menaçants peser sur ma flamboyante individualité.

Mais au delà du danger inhérent à ce type de reportage, il me fallait absolument trouver une preuve tragique de l’économie souterraine de subsistance, forcément illégale il va sans dire, qui faisait de ce quartier, je le subodorais, l’une des plaques tournantes du trafic de tofu aux MDMA, la nouvelle drogue en provenance directe de Corée du Nord. Soit l’une des pires saloperies vendues au monde selon les cartels mexicains et l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments).

Les rates aiment les lascars

Un réseau digne de Fu Manchu s’activait ici, à n’en pas douter. Et la vue de nombreuses grosses cylindrés attestait de cette réalité. L’argent sale irriguait ces trottoirs !

Je me mis alors en tête de faire une chose insensée !

TROUVER LA TÊTE DE PONT DU RÉSEAU !!!!!!

Quand soudain !

***

GRILLÉ !

***

J’étais découvert par ces guetteurs d’à peine 5 ans ! Manifestement dérangés en plein « trafic » !

Partis immédiatement prévenir les « grands frères », me lançant des bordées d’injures aux menaces à peine voilées, je comprenais que mon temps dans cette cité était désormais compté !

Tel un journaliste de France 2, j’abandonnais immédiatement les lieux, et prenait mes jambes à mon cou, craignant de tomber sous un drive-by, ou des coups de cartables.

Tremblay en France a définitivement trouvé de quoi se jumeler.

C’était Clarence Boddicker, en direct de Fukuyama, Hiroshima-ken, JAPON.

Democrates D – Le crime

Publicités

19 réflexions sur “Ma 6T va crach-er !

  1. Ahahaha, c’est affreux, affreux.

    Toi, t’es désœuvrée.

    Viens, je vais te faire visiter les cité-dortoirs de Shonandai, tu feras moins l’mariolle. Sur la vie à Rallice.

    Senbei, fan de rien

  2. On pourrait croire en relisant ce commentaire précédent que je n’aime pas. Mais c’est le contraire. Tu es magnifique, comme d’accoutumé.

    Senbei, bisounours semi-pro

  3. Non mais…

    Vous allez arrêter de pourrir mon enquête avec vos liens de « racailles » !

    What do you want ??? Me to go back to my plane and go back to France ? This is not a method, this is provocation ! Will you stop now ? Bonjour !

    Autrement, je sens que je vais devoir sortir mon kärcher ! Sarkozy’s style !

    Le tout en espérant qu’Eled et David se portent garant de la déontologie dont je me pare, le jour où je recevrai l’ordre du mérite !

    Clarence, plus fort que Philippe Pons

  4. Ah ah ah à ce rythme, tu as devenir « All Around » Player comme Denis Brogniart sur TF1 😉 Et oui, il y a aussi des truands de la galère sur cette magnifique ile qui fait rêver tout le monde ! Et je vois que tu rentabilises l’achat de ce pantalon qui ferait pâlir d’envie Elephant Man !

    Bdiddy, Kappa-Cité

  5. Je souscris, tu m’étonnes qu’avec pareille dégaine tu te sois fait repéré…

    Si encore tu avais mis quelque paire de tongs, elles t’auraient assuré de la sympathie de ces braves gens…

  6. Tiens j’allais te demander si y’avait aussi du morsay et du zehef dans ta zone, mais je vois que Bdiddy a déjà fait référence aux truands de la grammaire. Je me suis bien fait devancer (sa mère la race la pute à sa mère, pour citer nos amis poètes)

    Alex, izumi, le ter-ter, représente. T’as vu.

  7. @ Lucia: Oui ma chère Lucia, l’horreur est partout !

    @ Older: Merde, dire que j’ai fait des pieds et des mains pour me faire remarquer dernièrement à Kobe…

    Mais la prochaine, je ferai en sorte que le tout-Kobe sache que Clarence was here.

    @ Ma loutre barbue: Merci, je le prend pour un compliment !

    @ Eled: Je viens d’exiger la réouverture du fil ! A la vue de ma diligente et pertinente enquête, j’ai bon espoir de penser que les internautes sauront enfin la vérité sur l’insécurité qui règne au Japon !!!

    @ Bdiddy: Attends que je le sorte sur Paris ce pantalon ! Assorti à ma « chivers » jacket, je suis sûr de faire un carton ! 😉

    @ A.rnaud: Oui, avec des tongs doraemon aux pieds, il est probable que les dealers et leurs guetteurs m’aient eu en sympathie.

    Mais où serait alors la sacro-sainte déontologie journalistique ???

    Foulée aux pieds oui !

    Donc, tenue de camouflage Clarence like qui a fait ses preuves en Afghanistan.

    @ Alex: Clair que t’es en retard. On a déjà saccagé ma devanture.

    Sans parler de cette tentative de bolossage à coups de cartable in real, j’avais observé plus loin des nippons qui avaient installé un stand de vente de légumes, comme Morsay et Zéhef à cli-cli ! J’étais estomaqué de l’analogie !

    Comme quoi, les cités japonaises sont pas prête à voir des noelistes !

    Clarence, wala sur la tête de sa mère !

  8. >Devant la mine hébété de mon interlocuteur, manifestement incapable de comprendre un seul mot d’anglais

    Tu ferais mieux d’apprendre le japonais plutôt de faire le zouave sur internet, ça te serait plus utile je pense. Autrement, tu es au Japon donc c’est plutôt toi qui est « manifestement incapable de comprendre un seul mot de japonais ».

    Autrement, moi perso j’ai trouvé ça pas drôle. Chacun son humour après hein.

    Par ailleurs, même si je ne suis pas d’accord avec les propos de Botchan, je pense qu’il a voulu critiquer avant tout la vision manichéenne d’un Japon paradisiaque, sans problèmes, avec une France où règnerait une insécurité constante et où on pourrait se faire assassiner à chaque coin de rue.

  9. @ Furansowakun: Bon, pour l’humour, OK. Ca peut se comprendre. Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes.

    Mais la dérision, le second degré, l’envie d’en faire des tonnes comme un marseillais en jean vert et baskets assorties jouant et moquant la flûte journalistique, entre Koban, Kyaba, croissants et cités HLM tranquilles, tu vas quand même pas me dire que t’as pris tout ça pour argent comptant !!!???

    A croire que t’es seulement bon pour comprendre le manichéisme d’un Botchan (CLIQUE même si t’as pas envie de te « marrer ») et trainer tes guêtres sur Forum Japon.

    Bref, je retourne faire le zouave IN REAL. Avant de le faire sur internet.

    Visiblement, les japonais adorent. Encore plus quand je m’y essaye en massacrant la langue de Mishima.

    @ Baud: En voilà un qui n’a pas la mémoire courte ! Merci du passage sur le nasty diary ! D’ici là que je te retrouve pour une bière bien fraiche ! 😉

    Clarence, piètre clown

  10. Eh ton extrait m’a fait sourire !! Ben j’aime bien le second degré, mais le second degré marrant. 😉 Enfin bon, bonne continuation en tout cas dans tes péripéties !

    PS>
    Eh regarde ça, je trouve que c’est plus finaud et marrant que ton reportage, mais encore une fois chacun ses gouts > http://www.dailymotion.com/video/x2179p_les-artistes-de-droite-fetent-leur

    Tu vois que les gens de gauche, les fils de communiste ahaha, ont de l’humour aussi !! Bon sur ce je m’en retourne trainer mes guêtres sur Forum Japon (mon unique loisir dans la vie comme tu l’as deviné), puisque comme tu l’as bien compris, je n’arrive à comprendre que les propos manichéens de Botchan (faut pas trop m’en demander non plus aux fils de communistes hein eh oh !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s