Art of living

Pourquoi le Brésil ? Part 3

Ebisu sunshine

Ebisu sunshine

Tora, tora, tora…

Dans l’avion qui me mène vers Paris, je me remémore encore cet argument massue de l’architecte en chef du projet:

« T’as intérêt à les niquer ces bridés ! »

S. Architecte

Conclusion ? Bon, disons qu’il n’y a pas vraiment eu lieu de pavoiser. Mais dans cet énième concours de bite, on s’en sort avec les honneurs. Tout de même, des mois à travailler le dossier, compulser des chiffres, argumenter sur les possibilités, écarter la concurrence et enfin, Jésus-Bouddha-HariKrishna, le bout du tunnel. Un contrat signé qui s’obstine à ne léser personne, et une affaire qui en amène d’autres. Dans l’euphorie, on a même invité la partie adverse à Paris, seulement il s’agirait d’oublier les diminutifs dont nous avons affublé, par pure charité chrétienne, nos  confrères nippons. Oui, fini les « Niakwés », les mots tendres façon « salopards de jaunes », les charmes du « ching-tong-chang », ou encore ce merveilleux atavisme collectif qui nous permettait de désigner ostensiblement tout individus de type asiatique par : « Hé Tochiba ! ».

"Fruits" by Clarence

« Fruits » by Clarence

Le soleil brille désormais plus fort sur mes ambitions,  j’ai faim de vanité et un sévère besoin d’oseille. Comme Mr Filoucelli, je veux moi aussi un manteau de fourrure et acheter l’arbitre. Et après, à moi la « Andrew Lahde attitude » !!!!!

D’ailleurs, en parlant d’arbitre, le coup de sifflet final dans ce match opposant des nippons studieux mais vicieux à des latins truqueurs de notre trempe n’était pas fini pour autant. Mais est-ce que vous avez vraiment envie d’entendre parler de facturation frauduleuse, de corruption, de poignée de mains molles et de tape au cul ?

Non hein ! Et puis vu qu’on l’a joué à la brésilienne, tout ce qui importe, c’est de savoir que Clarence gagne à la fin, non ? De toutes façons, si c’est pour parler du Japon comme Yutenji: NIET, MERDE, Scheiße, дерьмо !

Harajuku genre

Harajuku « genre »

Fuck lost in translation

Au fond, j’aurai pu me contenter de ces voyages professionnels, et cette vision ethno-centré du gaijin adepte de la baise payante. En rester à mes relations tumultueuses avec des polonaises ou des franco-libanaises dans mon « backyard » parisien. Rire grassement de cette distance qu’on cultive pour montrer sa supériorité. Et feindre, encore et toujours.

Mais Dieu sait pourquoi, je suis tombé amoureux d’une femme.  Et il fallait qu’elle soit japonaise. Comme quoi, c’est tout bête. Réinterprétant alors tout le ridicule des situations précédentes, j’ai appris à vivre et regarder ce pays différemment. A m’infiltrer dans un quotidien que j’avais négligemment dédaigné d’observer. A m’attacher culturellement et émotionnellement. Alors plutôt que de faire de grandes phrases sur « Le Japon, c’est comme ci, comme ça… », je préfère encore fermer ma gueule et prendre des leçons, inlassablement, tout en tâchant de garder à l’esprit cette phrase de Henry Miller:

« It’s the story of being alone on the earth and hungry most of the time, hungry not for food and sex merely, but for everything. »

Baden Powell – Samba triste

Publicités

9 réflexions sur “Pourquoi le Brésil ? Part 3

  1. Je n’ai jamais stoppé mon activité pour les beaux yeux de ma femme. Et j’ai d’ailleurs conservé mon « réseau » de connaissances professionnelles au Japon. C’est plutôt elle qui a mis en berne ses envies de carrière. Ce qui reste regrettable d’après moi. Comment elle a pris ça ?

    Au début, pensant qu’on irait vers une relation de court-terme (elle était étudiante) j’étais plutôt évasif, j’osais pas lui révéler la teneur de mes précédents voyages. Mais vu qu’elle avait parfaitement compris à quel genre d’oiseau elle avait affaire, je suis passé aux aveux. Elle n’a pas porté de jugement moral sur mon comportement passé, pas plus que je n’ai scruté sa vie sentimentale avant notre rencontre.

    End of the story

    Clarence, chez Mireille « Oldergod » Dumas

  2. Oldergod : c’est quoi cette curiosité mal placée ? Et Clarence qui répond ! Non, mais ça devient vraiment n’importe quoi ici…

    Merde… Cette citation de Henry Miller… C’est le premier message d’Olrik sur FJ. Serait-ce que Olrik/Clarence à dit tout ce qu’il avait à dire ? Serait-ce la fin annoncée de ce blog ?…

  3. Comme dit Roban: « I’m a hero, i put my life on the internet ! »

    Enfin, tant que c’est pas sur Facebook ou Mixi !

    Mais là, puisque tu m’y fais penser lolo, c’est vrai que ça me donne envie d’éditer…

    Oh, et puis merde, y’a suffisamment d’info avec le lien que tu donnes, alors, un peu plus ici ou là.
    Et puis Older nous a tellement habitué à sa « life », nous dévoilant ses calcif ou ses états d’âmes, qu’en comparaison, je suis aussi discret qu’un banquier suisse.

    Par contre, on attendra encore un peu avant la fin annoncée de ce blog. J’ai pas fini d’ouvrir ma gueule !

    Clarence, la culture du secret

  4. Enfin ! je comprends, pourquoi le Brésil… le samba (en portugais c’est masculin) triste : celui de trouver l’amour… car quand tu trouves l’AMOUR, tu te mets à expérimenter ce qu’est la peur de le perdre, la peine de l’avoir perdu, la nostalgie… et l’envie de le retrouver.

    Que de jeunes étudiantes japonaises ne passent à l’école où je travaille… ayant abandonné travail, études, pour leur époux (européen ou pas)… Heureusement, depuis 11 ans où j’y enseigne je devine chez ces jeunes femmes une envie de liberté qui risque de décoiffer ces Messieurs (Kill Bill, si vous voyez ce que je veux dire…).

    Merci pour ton témoignage, je vous souhaite tout le bonheur à ta femme et toi (n’écoute pas trop de sambas, ni de fados… ça pourrait te déprimer).

    Lucia qui te suit…

  5. Lolo, si quelqu’un raconte des choses, c’est la moindre des politesses d’y montrer de l’interet !

    Et avec vos citations, moi j’en sors une aussi que j’ai du sortir une fois quelque part qui bien que de mauvais gouts, n’en envie aucune !
    « Je suis ton keum, ton keumshot ! »

    Je vous quitte comme un prince avec ca moi.

  6. @ Feric: Tu sais ce que c’est les suites à ralonge… La peur d’un Rocky V quoi !

    @ Lucia: Merci ! 😉

    @ Older: Encore un qui a trop regardé les minikeums !

    @ Greg: Je suis toujours sur Paris ! Mais je pars prochainement pour les fêtes de noël au KFC, et les mochi au temple. Toi, tu as une idée dans la tête, et je dis VOUI !!!!!

    Clarence, internationaliste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s