La culture chic et pas cher

Win or die trying 6

The shopping, grand par la nullité

The shoppings, grand par la nullité

Un Win or Die Trying en forme de « clash » des classes. Ouais, revenir de l’étranger vous impose parfois de tristes constats. Après Justice et ses sauvageons, les parisiens ne sont pas à plaindre question nouvelle sensation. Nous avions les branleurs partis de Londres, voilà que nos futurs aspirants winners sortent maintenant le nez du Baron et des lignes de coke. Le mode bling-bling présidentiel est passé par là. D’ailleurs, on ne saurait conseiller au chanteur les talonnettes, remise au goût du jour…

Au nom évocateur de « The Shoppings », Ingrid à peine libérée, nos amis de la branchitude, en plein trip vacuitaire, veulent eux aussi leur part de liberté. Surtout si celle-ci est estampillé Marc Jacobs, Fendi, APC ou Vuitton et qu’on assure l’Amex Platinum. Leurs charmantes compositions se nomment: « Colette », « Tu fais quoi dans la vie ? » ou « Honoré Paris »…

Rim'k, espoir boxeur des favelas hexagonales

Rim’k, observe tout ça d’un oeil blasé

Histoire de mettre en valeur toute cette soupe, faut pas hésiter à corrélationner l’ensemble avec Rim’k, l’homme aux lyrics tranchants:

 » Je commence par une série d’coups de barre de fer dans tes reins, petit. Pour les rejetés de la France, ça a un effet thérapeutique ! »

L’espoir des favelas

A l’heure où tout dégueule, une leçon de pragmatisme par des enfants gâtés, ça s’impose, non ?

The Shoppings – Tu fais quoi dans la vie ?

Publicités

11 réflexions sur “Win or die trying 6

  1. Avé Clarence le CGB te salutant,

    Le retour à notre belle province a dû être dur…

    Quand je vois ces chanteurs méchus adeptes du name-dropping et du veau d’or au petit déjeuner, je me dis que les casseurs 2 hype c’était bien pour vendre 2/3 Technikart mais qu’au final c’est la culture du fric qui gagne (big up au Pèzident).

    Ah… Colette, cette jeune pute soit-disant branchée est déjà vérolée et en travaux, il faudrait débarquer pour qu’elle ne prenne pour son grade avec un escadron de jeunes tecktonik tout droit sortis de citadium.

  2. Retour ardu, il va de soi.

    D’ailleurs, je proposerai bien l’article en pâture au CGB. C’est léger, simple, et si schizophrénique qu’on pourrait gloser à loisir des disparités de genre Paris/Banlieue.

    Clarence, à votre service

  3. Je vous dis banco mon cher Clarence… Paris/Banlieue, Paris/Province (ah mince, iol faut dire « régions » maintenant), Manhattan/Kaboul, Colette/Lazy Dog…

    René résident de la République.

  4. tu permettras que je reste de guingois… face à ces musiques, ces « jeunes » que je ne connais pas… (ce que tu en dis ne me donne aucune envie d’aller y voir de plus près…). Bon, si tu nous rejouais une mélodie… du temps jadis… et puis « un matin… ou peut-être une nuit… près d’un lac, je m’étais endormie, quand soudain… »

  5. Intéressant ce petit billet ! Comme dirais nos amis d’outre manche « The gap is deep like hell out there ! » Paris/Banlieue entre les joies de la hype et les consommateurs quotidiens du grec les réalités sont tout autre et les aspirations aussi ! La musique n’est plus ce qu’elle était… On pense d’abord au nombre de CD que l’on va vendre avant même penser à la qualité des morceaux produits… Comme disais Montell Jordan pour ceux qui ont connu la bonne époque dont je fais partie tout se résume avec ce fameux refrain « One for the money, Two for the Show, Three for the Ladies… » Visionnaire le bougre ?

  6. ça fait plaisir de voir que certaines personnes connaissent leur classiques et que les bonnes choses ne se perdent pas ! Montell, Genuwine et Cie pour ne citer qu’eux… Tu sais ce qu’il te reste à faire Clarence… Un petit rafraichissement va s’imposer avec tant de bonnes choses sur le feu… This is how we do it…

  7. Tout ce que je vous propose en ce moment, c’est cette merveille du Wu Tang Clan, Protect ya neck:

    Et ce commentaire, fabuleux de bon sens de sloth82 :

    « I’ve been listening to hip hop all my life and I have to say that this is the best track of all time. No dead air in the rhymes, fantastic use of samples, and a brutal bassline.

    All you whack prick producers of modern day hip hop listen to this shit, the wu tang produced this entire album with a shoestring budget, yet it sounds 10000000000 times better than your weak shit.

    Learn your fucking trade you dumb cunts »

    Enough say !

    Encore que, certains label gardent la flamme, on pense à Def Jux (El-P et Aesop), Living Legends (The Grouch) ou encore Stones Throw (Madlid & co).

    Allez, pour le plaisir, cette tuerie de Danger Doom, où ce salopard de MF Doom et le « grand » GhostFace Killa posent pour le plaisir !

    Je kiffe ce clip ! 😀

    Clarence, Oldies but Goodies

  8. Ah ah le pire dans tout ça c’est que le Wu Tang Clan était en concert cette semaine sur Paris ! Et il semblerait qu’il est mis le feu c’est une amie à moi polonaise qui m’en a parlé… Tu sais ce que je pense du Wu Tang Clan car je suis un fan de la première heure même si les dernières prestations scéniques auxquelles j’ai assisté ne m’ont pas paru à la hauteur de leurs albums ! Ensuite pour Stones Throw je suis devenu accro grâce aux artistes de Detroit comme Guilty Simpson et aussi grâce MF Doom que j’ai découvert sur « All Caps » et Quasimoto en combinaison avec Madlib !

  9. Pour le Wu-Tang, seuls le premier album et les albums solos de la fameuse année Wu (1995) sont cultes. Par la suite, seul le Ghost a eu une trajectoire impeccable. Même RZA, son dernier grand coup est son premier album solo de 1998 « Bobby Digital », car à cette époque il travaillait encore avec son ASR-10.
    Mais, le plus grand reste encore, à mes yeux, Big Daddy Kane, même s’il est un des précurseurs du Gangstaa rap. Sa voix, son flow, son style et les intrus restent encore aujourd’hui d’excellente facture. Dr DRE, lui a tout volé, jusqu’à parfois être une parfaite copie. Snoop et RZA ont une fascination sans borne pour le maître et l’ont souvent imité dans le comportement, la frime, la posture et parfois dans le style d’instrus, mais moins que DRE.
    Puis après ça, j’aime bien les vieux groupes comme Digital Underground, 3rd Bass, Jungle Brothers, Slick rick, Biz Markie, Gangstarr, 2 live crew, Paris, Epmd, Poor righteous Teachers, Ultramagnetic Mc, Stetsasonic, Kool Keith, Fu-Schnickens, De la Soul, Boogie down production, 2pac à ses débuts, Show&AG, Pete Rock, A tribe called Quest, Kmd, etc.
    J’ai eu une passion à un moment pour Killah Army, mais le dernier album et les albums solos depuis la scission sont pourris.
    Dans la production estampillée WU, depuis le début du siècle, il n’y a que Ghostface killah, Warcloud et Bronze Nazareth que j’apprécie.
    Vive Big Daddy Kane !

  10. ça fait plaisir de voir que je ne suis pas le seul à apprécier ce genre de groupes à l’ancienne ! Même si BDK a fait retour avec le morceau « Stick Up » qui envoie pas mal !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s