This is shit !

Un mariage, mais pas d’enterrement…

On aurait pu refaire le coup d’un portrait façon J-Pop trash, ou encore imaginer un énième mariage genre « What happen in Vegas ». Mais ici, pas de poudre aux yeux, pas de millions de dollars, et encore moins Ashton et Cameron…

C’était Teru et… Comment déjà ? Ah oui, Megumi qu’on mariait. Moi, on m’avait trainé de force ici, histoire de jouer les « gaijin petto » de ma belle soeur, et puis parce que faut dire que je présente bien en Dior Homme. Bon en fait, n’importe quel mec présente bien en Dior Homme…

Teru et Megumi donc. Elle, déjà en cloque de 7 mois (mais ça se voit pas dis donc !), lui, carrure de déménageur, et derrière les sourires, un tas d’histoires qui circulent. On raconte que Monsieur ne serait pas le père. Ouais, pour l’instant, difficile de vérifier, mais à table, ça n’arrête pas. Ça caquète, ça rigole, ça moque. Un rien espiègle, un brin salope, c’est la révision de tous les petits et gros travers du couple. Le buffet sert de distraction mais sonne « mazui », et un poisson pas très bon nous fait de l’oeil. Les miens sont attirés par cette grande parade de choucroutes. Et ils se déplacent au gré des décolletés…

Qui n\'en veut du buffet ?
Oppai ga ippai
Nani, nani ?

Mo ii yo !!!!

Clarence, nasty photographer

Y’a pas, Peggy Bundy est au Japon l’équivalent de la sainte madone à Catane. La plupart des femmes sont maquillées comme des voitures volées et vaut mieux pas se fier à leurs ongles manucurés de façon extravagante, ce sont de vrais langues de putes, qui font passer Rim’K pour un naif de premier ordre (ou un philosophe extralucide) :

« Dehors, t’as plein de potes, un peu de salopes, mais t’as des potes, en fait c’est des salopes. Au bout du compte, t’as plus de salopes que de potes ! »

\

Alluuuuuuuuuumez le feuuuuuuuuu !

Le couple approche, on coupe court aux ragots, on complimente, on flatte, on hésite pas à lancer des « kawaii, kirei » à la cantonade. Le couple repart, on reprend. Le monsieur Loyal, mélange insolent/débonnaire de Kato chan et du spécimen typique de calvitie, fait l’unanimité au rayon LOL. On l’engagerait facilement dans une revue de cirque. L’humour est bas de plafond, méchant et souvent très trash. Bienvenue dans le gang des « girly but warui ». Je balance entre l’envie de faire le pitre comme 芋洗坂係長 et tout envoyer valser comme Klaus Kinski.

La pièce montée infernale

La pièce montée infernale !

Finalement, pas besoin de s’en charger, le staff sait très bien faire tout seul. Ce soir, au pays de Koda Kumi, le gâteau avait comme un arrière goût de cramé…

The Drifters – ZUNDOKO-BUSHI

Publicités

10 réflexions sur “Un mariage, mais pas d’enterrement…

  1. Euréka !!! Mais c’est bien sûr !!

    Pour avoir des japonaises avec des nichons, engrossez-les XD !

    Ama, gobeur de pa(y)paye

  2. j’adore tes légendes de photos.
    C’est la première chose que je lis.
    et là je sais pas pourquoi je me suis marré avec ton « alluuuuuuuuuuumez le feuuuuuuuuuuuuuu »
    note que t’aurais pu trouver une légende pour le décolleté…je l’attends, allez allez !

  3. @ctoileblog : il y a une légende pour le décolleté : « Y’a plein de nichons » traduirais-je :p (laisse le curseur sur l’image pour laisser apparaître la balise jaune HTML).

    Ama, programmeur en X-HTM(amel)L(e)

  4. @ Ama : aaah… c’était donc ça : les petites photos deviennent grandes… et les petits nénés ? n’en sont que plus beaux aggrandis… 😉 « anorexie » pourtant, nous dit Clarence.

    @Clarence : les mariages c’est aussi une sorte d’enterrement… de plus, le film auquel tu te réfères, mentionne un nombre de mariages que je tairai, car le chiffre est néfaste au pays du soleil levant… Koda Kumi… ah oui, j’en avais entendu parler… ah oui ? ça l’a tuée professionnellement ? l’autre KK, Klaus… m’amusera toujours autant… surtout dans cette scène à Cannes.

  5. Tu as vraiment un don pour te trouver à des endroits avec toujours des situations cocasses ! Je ne savais pas qu’il y avait aussi des commères au Japon et ça à l’air de tailler des costards en plus d’après ce que je comprends…

  6. Ama, il cultive la bonne culture !

    Tiens Greg, cadeau bonux, la chanson qui illustre mes sous-titres:

    Oppai ga Ippai

    Lucia, on espère tous que quelque chose aura la bonne idée de tuer Koda Kumi. Un otaku échappé d’Akiba, une météorite, un tremblement de terre, pour l’instant, on a pas encore eu le loisir de l’achever complètement.

    Bdiddy, les japonais, disons plutôt les japonaises dans le cas présent, sont les dignes représentantes de la Peggy’s Touch, après les pétasses ricaines, alors la critique, elles connaissent mieux que personne.

    Clarence, marié, pas d’enfants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s