Born into this...

Suicide Club

le-fumoir

Le Fumoir, silhouette

Il fait beau mais il fait froid. Je fume tout en marchant. Le café n’est plus très loin.

Danièle n’a plus la gueule des grands jours. Elle fatigue derrière son comptoir, à toujours servir les mêmes habitués alcooliques et les anonymes du jour. Elle grimace un sourire en me voyant. Se fait compassionnelle au sujet de « Papa ». J’avale rapidement le breuvage noir qu’elle appelle « café ». Je prêche la litanie du bon fils et je fais mon samaritain. J’avais fui l’usage qui voulait qu’un fils apprenne à marcher dans les pas de son père. Je me retrouve aujourd’hui en pleine reproduction.

Son petit troquet subit de plein fouet la réalité actuelle. Celle du diktat du pouvoir d’achat. Mais c’est une misère qui semble fuir les gueules du fond de la salle. Le fond de la salle, c’est chasse gardée. C’est là que se réunit une drôle de tribu. Fait de toute la lie des pays de l’Est. Ils ont tour à tour été hommes de mains, voleurs, braqueurs ou peintres en bâtiment… Paris pour eux, c’était un eldorado, de la rédemption, peut être une autre chance. Aujourd’hui, c’est de la glue, et un mirage où ils ont abandonné leur rêves de gloire et de richesse. Quelques poches sont à moitié pleines, certains roulent en série 7, et les uns payent pour les autres. Il est 15 H 22, et la plupart sont déjà bourrés. Ils vivent de compagnie de sécurité, louent leurs services, combinent diversement. La moitié a passé une moitié de vie en prison, l’autre n’a plus de permis, la dernière s’escrime à repousser les limites de la bienveillance humaine. Surtout celle des femmes. Les leurs et les autres…

black-sunglasses

Lunettes noires…

J’ai aimé ces hommes, j’ai aimé cette salle du fond, j’ai peut être moins aimé le café. Aujourd’hui, j’ai du mal à m’y rendre, du mal à y boire, du mal à les regarder, du mal à vouloir y rester.

Après la tournée offerte, et la complainte des mauvais jours, je retourne vers Danièle. Elle aussi embraye sur la complainte. Le lobby du refus au tabagisme passif contraint son établissement à souffrir d’une pénurie de cadavéreux fumeurs. Chiffre d’affaire en berne, clientèle à problème, officiers de police indélicats, saisie du bandit manchot, et toute la cohorte qui va avec. On croirait un refrain de Sefyu. Alors, on pleure sur Sarko. Sur l’intransigeance permanente. On se lamente. Et puis délicatement, elle me parle de Christophe. Elle chuchote. Elle aime pas le mauvais oeil. C’est qu’il y a la photo du pape dans l’établissement.

Christophe est mort. Il vient de se suicider. Christophe fréquentait la salle du fond.

Christophe avait 33 ans, et un fils.

Christophe s’est tiré une balle dans la tête.

Sale temps dans la mienne.

Je connaissais peu Christophe, mais en camarade de café, et tout à la fraternité de la « salle du fond », c’était un mec sympa. J’avais vu son fils. Il l’emmenait régulièrement. Le portait sur ses épaules. Tout les deux souriaient encore. C’était il y a plus d’un mois.

Danièle me regarde et ajoute doucement: « Tu bois quelque chose ?! »

Je me suis crispé, tout ce que je souhaitais, c’était fuir.

Johnny Cash – Hurt

Publicités

15 réflexions sur “Suicide Club

  1. Je ne sais pas quoi dire. A quoi bon laisser un commentaire quand on a rien à dire ? Parce que je l’ai lu. Parce que j’ai été bouleversée meme si je ne connaissais pas Christophe. Parce que les humains qui décident de se suicider, sont forcément à un stade de leur vie, où non seulement ils n’ont plus rien à perdre. Mais aussi, la croyance sincère et claire que ce sera mieux sans eux. Je suis bien placée pour le savoir… Ne pas juger. Respecter malgré la révolte.
    Dommage pour la vidéo. Elle est no longuer available.

  2. Oui, ils ont raison les rappeurs : la vie c’est de plus en plus « la vie ki va avec »… bon, ça va être dur de se remonter le moral, on dirait que la mocheté de l’air était sur Paris hier… mocheté de certains lieux… heureusement nos yeux restent ouverts (même bigleux…), nos oreilles écoutent, et notre coeur sait encore éprouver un peu de compassion… pour ce monde estropié. Johnny Cash… ça fait frissonner.

    Lucia, à la flamme un peu tremblottante

  3. « J’ai aimé ces hommes, j’ai aimé cette salle du fond, j’ai peut être moins aimé le café. » Moi j’ai aimé cette phrase, parce qu’il est toujours utile de revenir sur les fondamentaux : un bon café, bien fait.
    Pour le reste, sans commentaires, comme les charmantes demoiselles ci-dessus.

  4. ça fait deux plombes que j’essaie de touver un commentaire à peu près à propos.
    no comment ! merde !
    on a tous un christophe tapi dans un coin qui peut éventuellement nous faire penser que non, on ne va pas se suicider aujourd’hui au cas où ça irait peut-être mieux demain.

  5. Ces derniers temps je me pose pas mal de questions au point de parfois de ne pas trouver le sommeil… Ce qui est normalement inconcevable tu le sais très bien tu sais que quoi je suis capable ! Cependant comme je te l’ai dit la dernière fois où nous sommes sortis ensemble il y a certaines choses que j’aurais jamais imaginé possible d’apprécier comme la café… Je ne sais pas si j’ai changé ou si ce sont mes aspirations qui ont changé mais fondamentalement je pense que je me fais plus de soucis pour mes lendemains qu’auparavant… Un signe de maturité, des soucis qui prennent le dessus sur ma nature festive ? Peut être ! Malgré le fait que je connaissais déjà cette histoire elle me fait toujours froid dans le dos car ces derniers je marche sur la corde raide en essayant de ne jamais regarder le vide en bas comme au cirque…

  6. Nan, nan, j’ai bien mis mes chaussettes. 😉

    Mais simplement, pas forcément l’envie de m’auto-commenter. Surtout sur ce billet.

    Et puis, je vais me faire plus léger, moins dense, alors, il faut s’y atteler tranquillement, un peu débarrassé de ce type de contexte.

    Tiens, je vais proposer à Bdiddy de s’aérer l’esprit, avec Iron Man (il adore les comics !).

    Clarence, esprit absent… qui va essayer de découvrir Pierre Mérot (merci René Jacquot !)

  7. tu me rassures… je me faisais du mauvais sang… ben, c’est bête mais on finit par s’attacher aux inconnus… qu’on n’a croisé que dans le rêve d’une nuit… prends soin de toi buddy… comme ils disent les Américains : take care !

  8. Je suis toujours partant quand il s’agit de l’un des mes héros préférés Monsieur Tony Starks des entreprises Starks 😉 Même si je trouve l’acteur qui joue son rôle manque totalement de charisme… J’espère qu’ils feront mieux avec le casting de G.I. Joe ! Quel plaisir de revoir ces bougres en action y’a pas longtemps sur Arte… Sinon pour ce qui est du fait de broyer du noir ces derniers temps on va essayer de se remettre en selle pour reprendre du poil de la bête et éviter les coups de blues… Et puis ça me va mal de faire la tronche moi qui prone « la positive attitude » pas jusqu’au point de le répéter sans cesse comme Laurie dans ces refrains mais d’avoir le sourire et de moins m’en faire… ça ne va pas être facile mais je pense que ça reste dans mes cordes 😉

  9. Salut Clarence,

    J’espère que le Iron Man n’a pas été trop décevant (voir le dernier post de Kroulik sur Blade) et que le déprime ne te gagne pas trop.

    Au CGB, on apprécie beaucoup ta plume… si le coeur t’en dit tu es le bienvenue entre que « posteur VIP » au sein de la partouze culturelle… et ce sans laisser ce blog.

    a+

    Reune Jacquot

  10. Salut Reune !

    Iron Man n’est encore qu’une affiche à mes yeux, et je serai capable d’affirmer qu’il s’agisse d’une merde ou d’une « réussite » ce samedi !

    Pour la proposition, why not ! 😉

    Par contre, il me semblerait plus aisé d’en parler par mail, et le tien semble en mode « failure » !

    Clarence, bloggeur VIP

  11. Merci pour ta réponse Clarence.

    Putain c’est vrai pour le mél… je te mets un mél valide très DC Comics!

    Oui, le statut VIB (very important blogueur) est plaisant! On en parle par courriel (putain, je deviens chasseur de têtes!)

    a++

    Reune.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s