La culture chic et pas cher

Win or die trying 5

Lakshmi va vous racheter !

Quand Lakshmi achète, tout le reste trépasse !

Pour ce Win or die trying, cinquième édition; vous l’aurez compris, direction l’Inde.

Parce que désormais, les profils de winner façon Mittal ou Tata s’y comptent par dizaines, ratatinant chez Forbes nos milliardaires old fashioned, avant d’aller racheter vulgairement nos usines pour y pratiquer d’astreignant dégraissage, il nous fallait parler du second géant émergeant: L’inde. Et c’était quoi l’Inde, avant d’être Bollywood, le curry et Gandhi ? Pour nous autres, c’était juste Bashir qui vendait ces roses au restau, ou Raj qui nettoyait les cuisines du même restau. C’était pas grand chose. Juste du folklore et des visages bruns. Moustachus souvent. Ou bien des saris, des couleurs garanties sans Mir Laine et une dysenterie quand on poussait le vice d’y aller sans précautions aucunes. Mais aujourd’hui, en plus de l’effet bollywood, l’Inde, c’est aussi un deuxième effet Kiss Cool largement moins cool: L’effet Lakshmi et ses plans de licenciement massif. Et on va devoir s’y faire…

Alors, rattrapons ce qui peut encore l’être. Il est temps de passer à l’étude de style et des comportements.

Mohammed Rafi, un peu bouffi

Mohammed Rafi, un peu bouffi…

Tout est parti avec les pionniers. C’était l’époque du whisky d’importation, de la folie de l’indépendance, de la partition problématique Pakistanaise et du rêve permis. C’était l’époque de Mohammed Rafi, détenteur record du nombre d’interprétation masculine, et chantre yé-yé du moment, la rapetout attitude en sus.

Viendront les ertsaz de Beattles et quelques autres, puis enfin, viendra l’idole. « La » star que toute l’Inde ira chérir. Celle qui va la décomplexer. Une divinité au style incomparable, transcendant tous les genres qu’il touchera. Influençant au plus profond le péquenaud de campagne autant que le futur tycoon de Bombay. Et ce jour du 22 août 1955 où naquit le petit Konidela Siva Shankara Vara Prasad est désormais chômé autant que béni. Si Vishnou pouvait s’incarner, c’est simple, il l’aurait fait pour devenir celui qu’on appelle MEGA STAR, Shiranjeevi ou plus simplement Chiru. Une modestie légendaire qui le rendra presque aussi sacré qu’une vache !

Chiru, chirurgien et armé

Chiru, chirurgien, tabacologue et armé !

Acteur culte, au style inimitable, danseur émérite, inventeur de tous les styles, Chiru, c’est avant tout le sex-symbol made in India. Gras, moustachus et fort en gueule, un Elvis vivant et indien. De quoi faire rêver la ménagère et son curry, autant que jalouser et émerveiller le mari. Chiru, c’est une bête, un animal du style, un alligator qui fait bander un pays de plus d’un milliard d’habitants. L’audience totale, Morandini se fait dessus…

Mojo power

Chiru, « LE » mojo power moustachu !

Qu’il se permette de singer Michael Jackson, moonwalkant avant lui, ou qu’il fasse la nique à John Wayne (vous remarquerez que tout ceux qui niquent John sont promis à d’intenses carrières !), qu’il rivalise avec les meilleurs B-Boys de Brooklyn ou qu’il transcende le disco ou le funk, qu’il conduise un tracteur comme d’autres un vélo, qu’il inspire comme il transpire le stylisme le plus audacieux ou qu’il soit le chorégraphe que Kamel Ouali rêvera d’être, Chiru, par son avance, semble prendre plaisir à nous prouver qu’il était un génie. Un exemple, une star mondiale seulement en Inde, un monument qui ne rayonnera que sur ce « petit » pays.

Il fallait réparer cette offense, repenser le contexte, cet oubli ingrat de nos société, cette violente injustice faite à la face de Dieu. Rendons grâce, oui, Gloire à toi Chiru, Gloire te soit rendu ! We love you, Chiru ! We love you all !

Et vous devrez me visionner tous les liens ! Chiru vous l’ordonne !

__________

Chiru – Lankeswarudu-Padharella Vayasu

Publicités

10 réflexions sur “Win or die trying 5

  1. Greg’, pollueur de blog !!!! 😀

    Tiens, bizarrement, j’écoute pas la radio, si ce n’est Nova et Fip. Et c’est tout. Morandini, c’est de réputation, s’il se trouve calé là.

    Bon, sinon t’as pensé à ton offrande à Chiru ?

    Clarence, adepte du skippy grand gourou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s