Art of living

J’ai toujours rêvé d’être un gangster

Gangster

Elle vous tente cette madone ?

Avant d’avoir été le titre du film de Samuel Benchetrit, ce fut d’abord la phrase introductive de Henry Hill, campé par Ray Liotta et adoubé par les « Affranchis » Martin Scorsese, Robert De Niro et Joe Pesci dans le film éponyme.

« One day, the kids from the neighborhood carried my mother’s groceries all the way home. You know why? It was outta respect. »

The Goodfellas

You’re talkin’ to us ?

Oui, moi aussi, j’ai toujours rêvé d’être un gangster. Ouais, croyez-le ou non, mais j’ambitionnais pas de me retrouver micro-célèbre ou Dieu sait quoi, apprentis « Wannabe » ou linké par 1.652.378 « Friends » sur MySpace. Non, je rêvais d’un sucrier plein de coke, de refroidir une seconde fois Billy Bats et rouler plein pot, « Push it to the limits » à fond les ballons. Gangster, dans mon imaginaire, c’était avant tout une histoire de cinéma. Hollywood, les bons et les méchants, Melville et son cercle rouge, du romantisme plein de Mesrine, de Dillinger, de Bonnie et Clyde Barrow. C’était Seijun Suzuki et les joues gonflées de Shishido Jo, Michael Caine, son trench coat Burberry et son fusil de chasse furieusement glamour, Bébel et sa scoumoune de prince, Cody Jarret, sa mère et son « top of the world »

Get Carter White Heat La Scoumoune La jeunesse de la bête

Les princes du risque

Gangster c’était loin de l’image des « Gars Du Nord », entre rapine de portable, « Bollossage » divers, et quotidien fumé comme une barrette de Shit. Gangster, c’était loin des rogue traders aux cols blanc, des politiques hypocrites et flagorneurs.

GDN
GDN – Inside Gare Du Nord by Technikart

Gangster, c’était avant tout des hommes, avec leur bite et leurs couteaux. Des Hommes, avec leur morale et leur égoïsme, leur tristesse et leur faiblesse. Gangster, cette caste légendaire, perdue d’avance, mais diablement attirante. Si loin du cinéma, et pourtant si proche. Pour un final en vaste plaidorie où Henry Hill finit avec des spaghettis au Ketchup, Dillinger plombé après la dernière scéance, et Mesrine réincarné en Vincent Cassel. Une caste qui vous prend autant qu’elle donne. Je le sais, j’y ai perdu beaucoup…

John Lee Hooker – I’m bad like Jesse James

Publicités

3 réflexions sur “J’ai toujours rêvé d’être un gangster

  1. On peut tout de même saluer les GDN lorsqu’ils ont foutu la fessée aux étudiants « papa-maman suis anti cpe » en plein Paris. C’était rigolo.

    Faut s’affranchir.

  2. Aaaahhh Les Affranchis !! Chef d’oeuvre parmis les chefs d’oeuvres…

    La dernière phrase est pas mal aussi : « Je vais finir ma vie dans la peau d’un plouc » (VF).

    La boucle est bouclée, non ?

    Le dicton du jour : Quand les Flics arrivent, le Gang se terre…
    Je ->

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s